GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Septembre
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Bahreïn: le leader de l’opposition chiite acquitté

    media Manifestation de soutien à Cheikh Ali Salmane au siège du mouvement Al-Wefaq, dans le village de Zinj, le 29 mai 2016. MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP

    Cheikh Ali Salman, 51 ans, qui dirige le principal mouvement d'opposition à Bahrein  a été acquitté par un tribunal de Manama,  ce jeudi 21 juin. Il était accusé d'intelligence avec le Qatar. Il y a un an, le 5 juin 2017, l'Arabie Saoudite, l'Egypte, le Bahreïn et les Emirats Arabes Unis rompaient leurs relations avec le Qatar.

    Cheikh Ali Salmane a été reconnu innocent , a fait savoir le Bahrain Center for Human Rights (BCHR). L'acquittement concerne également deux des adjoints de Cheikh Ali Salmane, Hassan Sultan et Ali al-Aswad, jugés par contumace. Tous trois étaient accusés d'intelligence avec le Qatar  en vue de «commettre des actes de nature à porter atteinte à la position de Bahreïn». Ils étaient soupçonnés d'avoir reçu de l'argent en échange d'informations sur la situation intérieure de Bahreïn et d'avoir révélé des secrets militaires.

    Cheikh Ali Salmane est derrière les barreaux depuis 2014. Son mouvement al-Wifaq, principale organisation de l’opposition chiite, a été dissous. Depuis les grandes manifestations de 2011, l'opposition est muselée. Plus d'une vingtaine d'activistes risquent aujourd'hui la peine de mort à Bahreïn. 

    Ces accusations interviennent dans un climat tendu. Le Qatar est accusé par l'Arabie Saoudite, l'Egypte, le Bahrein et les Emirats Arabes Unis d'être trop proche de l'Iran et de financer le terrorisme dans la région. Il y a un an, les relations diplomatiques ont donc été rompues.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.