GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sri Lanka: réinvestiture du Premier ministre démis Ranil Wickremesinghe
    • Yémen: de violents combats et des raids aériens à Hodeïda malgré la trêve (sources progouvernementales)
    Moyen-Orient

    La Jordanie inquiète après les offensives du régime syrien dans le Sud

    media Busra al-Harir, près de Deraa, le 13 juin 2018. REUTERS/Alaa al-Faqir/File Photo

    La tension gagne le sud de la Syrie. Après avoir repris la Ghouta orientale en avril dernier après d’intenses affrontements dans cette région proche de la capitale Damas, le gouvernement syrien s’attaque désormais aux provinces du sud-ouest, encore contrôlées par l’opposition. L’Observatoire syrien des droits de l’homme évoque la mort d’au moins six personnes mercredi, suite à des tirs d’obus dans les environs de la ville de Daraa, non loin de la frontière jordanienne. Une offensive qui inquiète le royaume jordanien.

    Avec notre correspondant à Amman, Jérôme Boruszewski

    Ces affrontements se sont déroulés dans une zone de désescalade, une zone où la Russie, les Etats-Unis et la Jordanie s’étaient entendus l’an dernier pour interrompre les combats afin de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire et de favoriser une solution politique au conflit. La Jordanie est très attachée à ces zones de désescalade, car le royaume hachémite cherche à sécuriser sa frontière avec la Syrie afin de garantir la stabilité dans les provinces du nord de la Jordanie qui accueillent des dizaines de milliers de réfugiés syriens.

    Jusqu’à présent, Amman a mené une diplomatie modérée, soutenant l’opposition syrienne sans appeler ouvertement à un changement de régime en Syrie, et ce pour ne fâcher personne et ne pas risquer de subir la violence des répercussions du conflit syrien. Ce regain de tensions dans le sud de la Syrie met donc à l’épreuve la diplomatie jordanienne.

    Amman espère depuis des mois rouvrir sa frontière avec la Syrie pour faciliter les échanges économiques et permettre le retour des réfugiés. Paradoxalement, l’offensive de l’armée gouvernementale syrienne dans le sud, si elle est rapide et victorieuse, pourrait, à terme, faciliter cette réouverture de la frontière et donner une bouffée d’oxygène à l’économie jordanienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.