GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 22 Juillet
Lundi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Election en Turquie: Erdogan peut-il perdre?

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan brigue dimanche 24 juin un nouveau mandat. REUTERS/Goran Tomasevic/File Photo

    En Turquie, un peu plus de 56 millions d’électeurs sont appelés ce dimanche 24 juin aux urnes, pour des législatives à un seul tour, et le premier tour de la présidentielle. Un vote avancé de 16 mois et une campagne à l’image du pays : sous contrôle et sous tension. Depuis la tentative manquée de coup d’Etat en juillet 2016, le pays est secoué par de vastes purges, des milliers d’arrestations et de détention.

    De notre envoyée spéciale à Istanbul,

    Stands et camions avec musique à fonds, meetings parfois 5 fois par jours, la campagne électotale turque sature tout l'espace public. Un seul candidat surtout : lampadaires, balcons, panneaux publicitaires son visage s’étale à tous les coins de rues et à la télévision aussi où l’écrasant essentiel du temps d’antenne lui est consacré. Bref, Recep Tayip Erdogan est partout. Mais aux commandes du pays depuis 16 ans, le président est fatigué. Il se répète dans ses discours, tourne en rond. Une panne de prompteur lors d’un discours et c’est le silence : impossible désormais pour lui d’improviser.

    Le président qui était le seul jusqu’ici à électriser les foules affronte aussi parmi tous ses adversaires, et c’est la première fois, une figure capable de lui tenir tête et de le défier dans la joute oratoire. Tout le pays suit désormais son ping pong verbal à distance avec Muharrem Ince, et c’est souvent musclé. « pauvre type » attaque un jour le président, réponse du candidat du vieux parti kémaliste : « il vaut mieux être un pauvre type qu’un corrompu ». Tabou levé dans un pays où l’insulte au président peut conduire à la prison.

    Le visage de Recep Tayyip Erdogan s’étale à tous les coins de rues. REUTERS/Stoyan Nenov

    Les électeurs peu diserts

    Violence verbale chez les candidats, tension chez les électeurs : une société si polarisée désormais que l’échange entre pro et anti Erdogan se résume de plus en plus à des menaces. Mais ce qui résonne le plus fort dans le pays, c’est le silence des électeurs. Suivre un candidat de l’opposition en campagne, c’est enchaîner les serrages de main et les distributions de tracts et attendre que la discussion s’engage, le plus souvent sans succès. Certes, on peut sans grande difficulté évoquer avec les passants la crise économique qui fait sentir ses premiers effets et qui a motivé, disent les observateurs, l’avancement de la date des élections de près d’un an et demi. Le chômage augmente, environ 10% désormais, la livre turque bat des records à la baisse, l’inflation à deux chiffres ampute le pouvoir d’achat et ralentit l’activité des entreprises et des petits commerces. Mais de là à conclure que la réussite économique qui avait tant porté le président Erdogan lui coûtera des points dans les urnes.. difficile à dire. C’est un critère de vote, mais c’est loin d’être le seul.

    Au fonds de sa boutique un commerçant du centre d’Istanbul accepte de livrer ce qui le préoccupe : « le gouvernement actuel s’est bien débrouillé au début, l’économie est revenue sur les rails, le pouvoir a su investir dans les services publics comme les hôpitaux, mais la moitié du pays en ce moment n’est pas contente du tout. Bien sûr la stabilité politique, la plupart du temps, ça veut dire stabilité économique. Mais je suis sûr que si on levait l’état d’urgence (ndlr : renouvelé 7 fois depuis avril), ça améliorerait l’état de l’économie. Moi, je suis un citoyen banal, l’état d’urgence ne m’impacte pas et quoiqu’il arrive je m’en sors à la fin du mois. La crise ne m’a pas affecté. Mais quand j’ai réfléchi aux élections, à mon bulletin de vote, j’ai pensé au bien de mon pays, à son avenir. Le fait est qu’il n y a plus aucune confiance dans la justice, et que quand on sort de chez soi, quand on prend le métro ou le bus, on ne voit plus aucun sourire sur les visages.  Ca me rend très triste, très malheureux et c’est ça qui va motiver mon vote. Je vais voter pour la personne qui mettra l’argent au service du pays, et aussi pour quelqu’un qui ne va pas étouffer le peuple ». Un réquisitoire sévère contre le pouvoir mais à l’abri des oreilles indiscrètes et des passants qui flanent dans le climat moite, chaud et orageux de ce début de vacances scolaires.

    Une chape de plomb sur la Turquie

    Pour Kadri Gürsel, journaliste à éditorialiste critique du pouvoir au quotidien Cumhuriyet (il a déjà fait 11 mois de prison), depuis la répression qui a suivi la tentative ratée de coup d’état en juillet 2016, le pays vit désormais sous une chape de plomb : « il y a une spirale de la peur dans la société, c’est une tendance bien établie. Les gens ont peur de s’exprimer, seuls un quart des turcs déclarent avoir le courage ou l’intention de s’exprimer sur les réseaux sociaux. L’environnement où les gens se sentent le plus libre, c’est en famille. Les gens se referment. Il y a une paranoïa qui augmente. Est-ce qu’ils ont peur de l’opposition ? Est-ce que ça vous paraît logique ? non, ça ne me paraît pas logique ».

    Le pari risqué de Recep Tayip Erdogan

    « Pas logique » : ça l’est en tout cas pour la partie de la société opposée au président. Car il y a aussi dans le pays encore une adhésion à la personnalité et à la politique du président Erdogan. Un soutien qui va bien au-delà des militants de l’AKP qui applaudissent quand le président-candidat qualifie l’alliance des partis d’opposition de « terroristes » ou les électeurs qui pourraient se détourner de lui de lui de « mécréants ». Une partie de la classe moyenne à la fois conservatrice sur les questions de religion et demandeuse de stabilité s’interroge mais n'a pas forcément décidé, dit l’universitaire Ali Bayramoglu, de retirer son soutien au pouvoir : « si Recep Tayip Erdogan gagne depuis si longtemps les élections, c’est qu’il a ouvert les places dans le système aux croyants. Ils ont eu le droit de faire des études universitaires avec le voile, d’être fonctionnaires. Il y a eu partage du pouvoir politique et économique. Les électeurs vont voter sur ce contexte : pour les séculaires, contre l'autoritarisme, la personnalisation du pouvoir, pour les conservateurs le motif le plus important c’est : 'même si je n’aime pas Erdogan, s’il perd, moi aussi je perds' ».

    Le soutien à l’homme fort de la Turquie depuis 16 ans se fissure, mais impossible de savoir à quel point et surtout dans quelle mesure cela se traduira dans le vote dimanche. Reste qu’aujourd’hui personne dans ce pays soumis à une forte pression et à une polarisation exacerbée n’imagine Recp Tayip Erdogan perdre totalement le pouvoir. Etre contraint à un second tour et perdre la majorité à l’assemblée serait déjà perçu comme une très grande défaite. Surtout que dans cette toute dernière ligne droite, les rumeurs les plus folles au sujet de l’organisation d’une fraude électorale circulent. Au fond tout se passe comme si l’enjeu de ce double scrutin était surtout d’évaluer le niveau d’influence perdu par le président.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.