GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: emprisonné depuis cinq ans, le photographe Shawkan attend son verdict

    media Le photographe égyptien «Shawkan» durant son procès au Caire le 9 août 2016. AFP/KHALED DESOUKI

    La justice égyptienne doit rendre ce samedi 30 juin son verdict sur le sort du photographe Shawkan. Mahmoud Abu Zeid de son vrai nom risque la peine de mort aux côtés de 700 autres détenus. Elle a été requise par le parquet en mars dernier pour acte terroriste. Le trentenaire a été arrêté par les forces de sécurité égyptiennes venues réprimer une manifestation le 14 août 2013. Ce jour-là les partisans de Mohamed Morsi exigeaient son retour à la présidence. Shawkan couvrait l'évènement pour une agence photo britannique. Depuis, nombre d'organisations des droits de l'homme ont tenté d'obtenir sa libération en vain.

    Deux yeux pétillants soulignés par un sourire malicieux, le tout auréolé de cheveux frisés. C'est le visage de Shawkan que les organisations de défense des droits de l'homme ont tenté de faire connaître à travers le monde. Il est notamment lauréat cette année du prix Unesco pour la liberté de la presse.

    Mais Mahmoud Abou Zeid est toujours en prison. Cela fait bientôt cinq ans qu'il attend d'être jugé. Il souffre de dépression selon son frère. Il serait également anémique et atteint d'une hépatite C.

    « Je paie aujourd'hui le prix de ma passion par ma vie mais sans la photographie une part de moi-même manquerait », a-t-il affirmé depuis sa cellule. Son ami d'enfance Ahmed Abu Saïf se souvient du jeune Mahmoud toujours armé de son téléphone Nokia, l'un des premiers téléphones portables avec appareil photo intégré.

    Egyptien, Shawkan a grandi au Koweït où ses parents étaient professeurs. Il était rentré en 2009 dans son pays pour exercer sa passion : le photojournalisme. Aujourd'hui selon Reporters sans frontières, 33 journalistes sont détenus dans les cellules du Caire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.