GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Jordanie: la fermeture de la frontière aux réfugiés syriens divise la population

    media Dans la région de Deraa, en Syrie, la population fuit les combats, le 22 juin 2018. REUTERS/Alaa al-Faqir

    Le régime syrien poursuit son offensive dans le sud de la Syrie depuis douze jours maintenant, et la question des civils en fuite est devenue centrale pour les pays limitrophes, et notamment la Jordanie. Le pays accueille 1,3 million de réfugiés sur son territoire et le gouvernement jordanien le répète, la Jordanie ne peut plus accueillir de réfugiés. A Ramtha, la ville à la porte de la Syrie, la question divise. Reportage.

    Avec notre envoyée spéciale à Ramtha,  Laure Van Ruymbeke

    Dans les rues de Ramtha, une personne sur deux vient de Syrie. C’est d’ici que, pendant cinq années, des centaines de milliers de réfugiés syriens sont arrivés en Jordanie. Mais aujourd’hui, la frontière est fermée. A 10 km d’ici, au moins 60 000 Syriens cherchent à entrer en Jordanie pour fuir les bombes, qui ne cessent d’exploser.

    Pour certains habitants, c’est insupportable. Comme pour Mohammed Moufaq, comptable à Ramtha :

    « On demande à notre roi, sur un plan humain et islamique, d’ouvrir les frontières. On sait que la Jordanie est sous pression et que notre économie est très mauvaise, mais on lui demande d’aider ces pauvres gens innocents, les femmes et les enfants, à se protéger de la chaleur, il fait près de 40-45 degrés à l’extérieur, et surtout il y a des bombes. »

    Mohammed Ahmad, maître d’école dans la ville, n’est, lui, pas de cet avis. « Nous avons près d’un 1,5 million de réfugiés. Le problème serait-il réglé si nous laissions venir 200 000 nouvelles personnes ? Pourquoi la solution ne vient-elle pas des pays impliqués dans la guerre, comme la Russie, les Etats-Unis, la France ou le Royaume-Uni ? »

    La frontière restera fermée, martèle le gouvernement jordanien. La Jordanie a donné pour les réfugiés. Et c’est, selon lui, dans les espaces sécurisés de Syrie qu’une solution doit être trouvée.

    (Re) lire : La Jordanie veut défendre la zone de désescalade dans le Sud syrien

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.