GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: à Qamichli, l'étonnante cohabitation de l'armée et des milices kurdes

    media Des Kurdes syriens arborent un portrait du leader kurde irakien Massud Barzani le 23 octobre 2017 à Qamichli, en Syrie. Delil souleiman / AFP

    La complexité de la guerre civile syrienne de sept ans est perceptible à Qamichli, une ville située au nord-est de la frontière turque. Les forces loyales au président Bachar el-Assad et les miliciens kurdes alliés aux Etats-Unis vivent côte à côte.

    Avec notre envoyé spécial à QamichliFilip Warwick

    A Qamichli, dans le nord-est de la Syrie, chaque groupe militaire possède ses propres zones éparpillées à travers la ville et permet aux civils comme aux combattants en congé du régime de Bachar el-Assad de passer sans encombre d'un côté à l'autre.

    Sur le marché central de la ville, les Forces démocratiques syriennes (FDS), une milice arabo-kurde, et les troupes du gouvernement pro-Assad se partagent la juridiction, les commerçants et les clients.

    Bien que n'étant plus majoritaire dans la ville, la communauté assyrienne a profité de l’affaiblissement du pouvoir de Damas pour organiser des cours en langue syriaque, un très ancien dialecte issu de l'araméen, la langue parlée par Jésus. Avant la guerre, il était illégal d'enseigner une autre langue que l'arabe en Syrie.

    « Commencez à soutenir la paix »

    « Les gens viennent à la messe pour entendre la langue du Christ et prier pour la paix dans la région », explique Pierre Gaurie, un paroissien de 51 ans, depuis l'église syriaque de la Sainte-Vierge.

    « Ici nous vivons côte à côte comme des frères. Mon message aux pays internationaux qui soutiennent la guerre ici, c'est : "Arrêtez de soutenir la guerre et commencez à soutenir la paix", poursuit-il. C'est un meilleur choix »

    L'expérience du partage du pouvoir et de l'autodéfense à Qamichli a suscité le respect des capitales occidentales, qui ne croyaient plus possible une réconciliation des factions rivales en Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.