GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Iran: tollé après l'arrestation de jeunes filles pour des vidéos de danse

    media Une femme iranienne porte le voile, à Téhéran, le 7 février 2018. Selon la loi islamique en vigueur en Iran, une femme n'a pas le droit de montrer ses cheveux ou les formes de son corps, mais aussi de danser en public. ATTA KENARE / AFP

    En Iran, plusieurs jeunes filles ont été arrêtées pour avoir diffusé sur Instagram les vidéos de leurs danses. Leurs déclarations ou aveux ont été diffusés par la télévision d'Etat, entraînant une controverse dans le pays.

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    Selon les médias iraniens, les jeunes filles ont été arrêtées pour avoir diffusé sur le réseau social Instagram les vidéos de leurs danses dans leur chambre à coucher ou leur maison. Dans l'émission diffusée par la télévision d'Etat, on ne voit pas les visages des jeunes filles, mais elles disent regretter leurs gestes.

    La plus célèbre est une jeune fille de 18 ans qui a fait le buzz avec ses vidéos de danse sensuelle, où on voit non seulement ses cheveux, mais aussi son ventre. Sa page Instagram compte 600 000 abonnés. Depuis trois ans, elle a publié sur son compte des centaines de vidéos de danse sur des musiques iraniennes ou occidentales.

    Critiques des réformateurs

    Selon la loi islamique en vigueur en Iran, une femme n'a pas le droit de montrer ses cheveux ou les formes de son corps, mais aussi de danser en public. L'arrestation de ces jeunes filles et l'émission diffusée par la télévision d'Etat, où des experts expliquent que les jeunes ne doivent pas tomber dans le piège des réseaux sociaux, a provoqué les critiques des responsables réformateurs.

    Plus de 40 millions d'Iraniens, sur une population de 80 millions d'habitants, utilisent les réseaux sociaux. Le pouvoir a déjà interdit Facebook, Twitter, mais aussi le réseau Telegram pour contrer leur influence de plus en plus grande, en particulier sur les jeunes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.