GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Aujourd'hui
Mardi 21 Août
Mercredi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Iran: Bruxelles réagit aux sanctions et applique la loi de «blocage»

    media Les trois pays de l'UE impliqués dans la conclusion de l'accord sur le nucléaire de 2015 ont annoncé l'entrée en vigueur le 7 août du statut de blocage dans un communiqué conjoint avec la cheffe de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini. REUTERS/Eduardo Munoz

    De lourdes sanctions américaines frapperont de nouveau l'Iran à partir de ce mardi 7 août entérinant la ligne dure affichée par le président Donald Trump depuis son retrait unilatéral de l'accord sur le nucléaire iranien. Pour protéger ses entreprises présentes en Iran, la Commission européenne va activer dès mardi matin la loi dite de « blocage ». De quoi s'agit-il ? Est-ce efficace ?

    Avec notre correspondante à Bruxelles,  Laxmi Lota

    Le texte permet de protéger les entreprises de l'Union européenne des sanctions de pays tiers. Il avait été créé à l'origine en 1996 pour contourner les sanctions américaines sur Cuba, la Libye et déjà l'Iran. Mais, l'efficacité de ce règlement n'a jamais été véritablement testée, car une solution politique avait été trouvée à l'époque.

    Ce n'est pas le cas aujourd'hui et l'UE a déclaré « regretter vivement le rétablissement de sanctions américaines ».

    Pour pouvoir s'appliquer au cas iranien, la « loi de blocage » a été approfondie et amendée. Ses effets pourraient cependant être plus symboliques qu'économiques. « C'est un signal politique adressé par l'UE. Ce n'est pas un remède miracle », explique un haut responsable européen. « Mais ce texte a un caractère dissuasif, pour empêcher l'application de sanctions à des personnes ou des entreprises non américaines », a-t-il ajouté.

    La loi serait plus efficace pour les PME en Iran. Pour les grands groupes, la solution passe plutôt par la négociation de dérogations ou d'exemptions avec les Etats-Unis. Mais de telles demandes de la France, l'Allemagne et du Royaume-Uni ont déjà été refusées par Washington le mois dernier.

    (Re) lire : Iran: les entreprises européennes menacées

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.