GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: une deuxième femme accuse le juge Kavanaugh d'inconduite sexuelle (New Yorker)
    Moyen-Orient

    Iran: le ministère de la Défense dévoile un nouveau missile de courte portée

    media Le ministre iranien de la Défense, le général Amir Hatami, a dévoilé un missile de courte portée baptisé «Fateh Mobin», lors d'une cérémonie à Téhéran, le 13 août 2018. AFP PHOTO / HO /IRANIAN DEFENCE MINISTRY WEBSITE

    L'Iran continue de développer son programme de missiles. Le ministère iranien de la Défense a dévoilé ce lundi 13 août l'existence d'un nouveau missile de courte portée baptisé « Fateh Mobin ». Les progrès balistiques de l'Iran sont au coeur des tensions entre ce pays et les Etats-Unis, Israël et l'Arabie saoudite.

    Le nouvel engin vient compléter l'arsenal balistique iranien qui comporte déjà des missiles pouvant atteindre des cibles situées à plusieurs centaines ou plusieurs milliers de kilomètres de leur point de départ. La République islamique communique régulièrement sur son programme balistique, estimant qu'il est indispensable à la défense du pays.

    Mais dans la région et au-delà, les missiles iraniens inquiètent, parce qu'ils pourraient servir à transporter des charges nucléaires si Téhéran parvenait un jour à se doter de la bombe atomique, mais aussi parce qu'il existe un risque de prolifération régionale. Ainsi, l'Arabie saoudite et ses alliés accusent l'Iran d'être le fournisseur des missiles que les rebelles du Yémen tirent en direction du territoire saoudien, ce que Téhéran dément.

    Inquiétudes occidentales

    Cette année, une enquête de l'ONU a identifié des composants iraniens dans les débris de l'un de ces engins, mais sans affirmer que les autorités iraniennes étaient responsables d'un tel transfert de technologie. Reste que les Etats-Unis, Israël et l'Arabie saoudite n'ont de cesse de dénoncer les progrès balistiques de l'Iran. Un pays qui selon eux constitue la principale menace dans la région.

    Mais les ennemis de Téhéran ne sont pas les seuls préoccupés par les missiles de la République islamique. Après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, plusieurs pays européens, dont la France, estiment que le sujet balistique doit être intégré à toute future négociation avec l'Iran.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.