GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: le chef jihadiste d'Idleb rejette tout accord de «réconciliation»

    media Un combattant du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, affilié à al-Qaïda, monte la garde à l'arrivée d'un convoi de déplacés, dans les villages de Foua et Kefraya, près d'Idleb, le 18 juillet 2018. OMAR HAJ KADOUR / AFP

    Ancienne branche d’al-Qaïda en Syrie, Hayat Tahrir al-Cham est aujourd’hui le plus important groupe rebelle dans la province d’Idleb, dans le nord syrien, près de la frontière turque. Le chef de cette organisation met en garde les factions rebelles qui pourraient être tentées par une négociation avec le régime de Damas, à l'offensive pour la reconquête de la région.

    « Idleb est désormais notre but », avait déclaré Bachar el-Assad le mois dernier, alors que l’armée syrienne et ses alliés russes et iraniens enchaînent les reconquêtes en Syrie. Ce sont des accords dits de « réconciliation » qui ont mis fin à la présence rebelle dans plusieurs régions.

    En abandonnant tout ou partie de leurs armes et en acceptant de quitter les lieux avec leurs familles, des milliers d’insurgés ont été autorisés à embarquer dans des bus à destination de la province d’Idleb. Celle-ci demeure donc la dernière grande poche rebelle.

    « Les armes de la révolution et du jihad constituent une ligne rouge »

    Plusieurs groupes armés s’y côtoient, à commencer par Hayat Tahrir al-Cham, l’ancienne branche d’al-Qaïda en Syrie. Dans une vidéo, son chef Abou Mohammed al-Joulani assure que son mouvement n’acceptera aucune solution négociée avec le régime et il exhorte les autres groupes à faire de même. « Les armes de la révolution et du jihad constituent une ligne rouge. Elles ne peuvent faire l’objet de marchandage et ne feront jamais l’objet de négociation », prévient-il.

    Adossée à la frontière turque, Idleb est peuplée de plus de 2 millions de personnes, dont la moitié au moins sont des déplacés, civils ou rebelles évacués. Si un scénario d'évacuation devait finalement s'y dérouler, la question cruciale serait celle de la destination des déplacés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.