GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Ethiopie: décès de l'ancien président Girma Woldegiorgis deux semaines avant son 95e anniversaire (médias d'Etat)
    • «Gilets jaunes»: l'A6 fermée à la frontière du Rhône par précaution
    • Suivez en direct notre liveblog RFI «"gilets jaunes", acte V: la journée du 15 décembre en continu»
    Moyen-Orient

    Yémen: selon l’ONU, toutes les parties ont commis des «crimes de guerre»

    media Après un raid de la coalition début août, des enfants inspectent les tombes des morts du bombardement. REUTERS/Naif Rahma

    Au Yémen, toutes les parties prenantes au conflit, les rebelles houthis comme la coalition menée par l'Arabie saoudite, ont potentiellement commis des « crimes de guerre ». C’est ce qu’un groupe d'experts mandaté par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU révèle ce mardi 28 août dans un rapport : tortures, viols, enrôlement des enfants de moins de 15 ans... Le document couvre la quasi-totalité du conflit, du début des hostilités en septembre 2014 à juin 2018.

    Kamel Jendoubi a présidé l'enquête menée par ce groupe d'experts de l'ONU. Selon le document, « des membres du gouvernement du Yémen et des coalitions, y compris l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, auraient mené des attaques en violations des principes de distinction, de proportionnalité et de précaution qui pourraient constituer des crimes de guerre, qui ont touché, bien sûr, des victimes civiles. »

    Du côté de la coalition, « ils auraient aussi également commis des actes qui pourraient constituer des crimes de guerre, y compris la maltraitance, la torture, les atteintes à la dignité des personnes, le viol, l’utilisation des enfants de moins de 15 ans pour participer activement à des hostilités. Du côté aussi des autorités de fait, c’est-à-dire les Houthis, [ils] ont [également] commis des actes qui pourraient constituer des crimes de guerre : la maltraitance, la torture, les atteintes à la dignité des personnes, l’utilisation des enfants de moins de 15 ans », énumère-t-il.

    Le président du groupe à l'origine du rapport, Kamel Jendoubi, juge que le Conseil de sécurité devrait être saisi 28/08/2018 - par Christophe Paget Écouter

    Ce membre du groupe d'experts signale que, plus qu'un tribunal qui serait mis en place pour juger ces faits, « c’est à un niveau supérieur qu’il reviendrait d’envisager les poursuites », notamment « le Conseil de sécurité qui va être saisi par le Haut-commissaire du rapport que nous avons fait en tant qu’experts indépendants. »

    « Désastre humanitaire »

    Selon Kamel Jendoubi, le premier pas dans ce conflit est « d'abord de limiter au maximum possible - pour ne pas dire arrêter - le désastre humanitaire. La première des recommandations, c’est l’arrêt des ventes d’armes aux différentes parties du conflit et l’arrêt de tout soutien militaire visant, effectivement, à prolonger davantage le conflit ».

    L'expert présente les recommandations du rapport : « Autre recommandation, c’est de maintenir la question de la situation des droits de l’homme au Yémen dans l’agenda du Conseil des droits de l’homme aux Nations unies, notamment de prolonger, voire d’élargir, le mandat du groupe d’experts. Car son mandat jusque-là était relativement limité dans le temps et aussi dans les moyens qui ont été accordés. »

    Pour Kamel Jendoubi, il faut «limiter au maximum possible - pour ne pas dire arrêter - le désastre humanitaire» 28/08/2018 - par Christophe Paget Écouter

    « Ce que nous souhaitons aussi, continue-t-il, c’est qu’il est vrai que la situation politique c’est la solution du conflit, mais que cette solution à au moins une exigence importante, le respect des droits de l’homme et bien entendu la lutte contre l’impunité, car on ne peut pas bâtir un avenir d’une population qui a tellement souffert par les crimes qui ont été commis par les uns et par les autres si l’on n’arrive pas à instruire un certain nombre de faits criminels qui ont touché ce pays. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.