GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: le chef de la diplomatie iranienne soutient une offensive contre Idleb

    media Le président syrien Bachar el-Assad (d) et le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, lors de leur entretien, lundi 3 septembre 2018, à Damas. SANA/Handout via REUTERS

    Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a rencontré lundi 3 septembre à Damas le président syrien Bachar el-Assad, à quelques jours d'un sommet qui doit réunir vendredi à Téhéran les chefs d'Etat iranien, russe et turc. Les trois pays parrainent les principaux belligérants en Syrie.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    Le sommet tripartite de Téhéran sera entièrement consacré à la crise syrienne, plus particulièrement au sort de la province d’Idleb, où la Turquie est très influente.

    Mohammad Jawad Zarif a donné le ton à Damas, en affirmant qu'Idleb devait être « nettoyée », au même titre que « tout le territoire syrien, qui doit être sécurisé », selon lui. « Les terroristes qui restent à Idleb doivent être éliminés et la région ramenée sous le contrôle du peuple syrien », a-t-il dit.

    Le chef de la diplomatie iranienne a souligné l’attachement de l’Iran à l’unité de la Syrie, estimant que toutes les communautés et tous les groupes devraient « entamer ensemble la reconstruction du pays ». Il a appelé au passage au retour des réfugiés.

    A Moscou, le chef de la diplomatie russe s’est fait l’écho de son homologue iranien. Sergueï Lavrov a estimé que le statu quo à Idleb ne pouvait pas « durer indéfiniment ». Selon lui, le gouvernement syrien avait le droit de « liquider les terroristes » sur son territoire.

    Plus de la moitié de cette province du nord-ouest est contrôlée par les jihadistes de l’ex-branche d’al-Qaïda en Syrie. Le reste est aux mains de groupes proches de la Turquie.

    La Turquie qui sera prise, vendredi, entre le marteau russe et l’enclume iranienne afin qu’elle ne s’oppose pas à une éventuelle offensive à Idleb.

    (Re) lire : Syrie: les rebelles consolident leurs positions en prévision d'un assaut

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.