GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Jordanie: au camp de Baqa'a, l'UNRWA respire un peu après les promesses de dons

    media Un enfant joue devant une école gérée par l'Unrwa au camp de Baqa'a, en Jordanie. Khalil MAZRAAWI / afp

    L’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens souffre d’importants problèmes financiers, notamment depuis que les Etats-Unis ont cessé de contribuer à son budget. Depuis, d’autres Etats ont pris le relais et ont promis de verser 118 millions de dollars à l’UNRWA. Ce qui permet notamment aux écoles gérées par l’agence d'éviter la fermeture. À celle du camp de Baqa’a, en Jordanie, c’est le soulagement.

    Avec notre envoyé spécial au camp de Baqa’aJérôme Boruszewski

    Il y a comme une ambiance de fête dans la cour de l’école. Les élèves agitent des drapeaux du Qatar, premier pays contributeur arabe au budget de l’UNRWA, avec 50 millions de dollars versés cette année.

    Roger Davies, le directeur de l’UNRWA en Jordanie, se satisfait des récentes promesses de dons en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, la semaine dernière.

    « En janvier, notre déficit était de 446 millions de dollars. Aujourd’hui, après ces formidables efforts à New York en septembre, nous avons un déficit qui s’élève à 64 millions de dollars. C’est donc une campagne de collecte de fonds très réussie. Nous avons sans aucun doute suffisamment du budget pour les deux prochains mois… »

    Poursuivre les efforts

    Mais le déficit est toujours là. Et Roger Davies le confirme : l’UNRWA doit continuer à appliquer des mesures d’austérité jusqu’à la fin de l’année.

    « Par exemple, nous ne remplaçons pas forcément les employés qui sont en congé maternité ou en arrêt maladie. Nous poursuivons nos efforts en ce qui concerne nos dépenses administratives. Dans nos cliniques par exemple, le courrier n’est plus imprimé, tout est électronique. Nous essayons d’économiser là où nous pouvons. »

    Ces mesures d’austérité ont entraîné un fort mécontentement au sein du personnel de l’UNRWA, qui a fait grève à plusieurs reprises ces derniers mois en Jordanie.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.