GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Remaniement gouvernemental en Jordanie

    media Omar al-Razzaz, le 10 avril 2018 à Amman. REUTERS/Muhammad Hamed

    En Jordanie, le Premier ministre remanie, lui aussi, son gouvernement. C'est fait et annoncé : quelques ministres écartés, de nouveaux entrants dans l'équipe et la fusion de plusieurs portefeuilles. Ce remaniement intervient alors que le Premier ministre Omar Razzaz n'est aux affaires que depuis quatre mois dans ce petit royaume arabe. Mais depuis sa nomination, sa popularité est en chute libre, et de manière continuelle. Il essaie donc de reprendre la main.

    Avec notre correspondant à Amman, Jérôme Boruszewski

    C'est un remaniement pour stopper la dégringolade dans les enquêtes d'opinion : sept nouveaux ministres, dix sortants. Les ministères de la Jeunesse et de la Culture fusionnent, tout comme ceux de l'Agriculture et de l'Environnement. Le gouvernement veut montrer qu'il ne gaspille pas l'argent public, à un moment, justement, où les scandales de corruption se multiplient.

    Une affaire de contrebande de cigarettes et d'évasion fiscale dont le principal suspect est en fuite, probablement à l'étranger. Une autre affaire d'emplois fictifs, cette fois dans un grand hôpital de la capitale.

    A chaque révélation, le Premier ministre Omar Razzaz le répète à l'envi : « Nous ne tolérerons jamais la corruption ». Mais il donne surtout l'impression d'avoir un coup de retard et de réagir lorsque la presse s'empare d'un dossier brûlant.

    Le chef du gouvernement n'a pas changé de ministre des Finances, or c'est précisément un projet de loi fiscale qui est la source d'un grand mécontentement en Jordanie, projet de loi qui prévoit d'augmenter les impôts pour réduire la dette publique. Omar Razzaz a confirmé qu'il souhaitait que le Parlement approuve cette réforme très controversée.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.