GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    Moyen-Orient

    Jordanie: accord sur la réouverture du principal point de passage avec la Syrie

    media Le poste-frontière de Nassib, principal point de passage à la frontière entre la Jordanie et la Syrie fermé depuis trois ans, va rouvrir partiellement le 15 octobre 2018. Andrei BORODULIN / AFP

    La Syrie l'avait annoncée à de nombreuses reprises, mais l'information est maintenant confirmée du côté de la Jordanie : la frontière entre ces deux pays doit rouvrir ce lundi 15 octobre. Elle était fermée depuis 2015, depuis que des groupes d'opposition avaient pris les territoires adossés à la frontière, côté syrien. Les troupes du président Bachar el-Assad ont repris le contrôle de la frontière fin juillet, rendant possible cette réouverture. Elle doit permettre de dynamiser les échanges commerciaux entre les deux pays, le marché syrien est vital pour l'économie jordanienne.

    Avec notre correspondant à Amman,Jérôme Boruszewski

    Ils trépignaient d'impatience. Depuis des mois, les entrepreneurs jordaniens voulaient exporter à nouveau vers la Syrie, mais aussi vers le Liban et la Turquie. Avant la guerre, près d'un milliard de dollars de marchandises transitaient chaque année par le point de passage de Jaber, à la frontière syro-jordanienne.

    L'annonce de cette réouverture est donc une excellente nouvelle pour l'économie jordanienne. Mais Nael Al Husami, le directeur de la Chambre d'industrie d’Amman, la tempère. « Le gouvernement nous a dit que, au début, les camions jordaniens ne traverseront pas la frontière. Même chose pour les camions syriens. Il faudra décharger et recharger les marchandises d'un camion à l'autre. Cela induit des coûts supplémentaires : 500 à 600 dollars par camion », dit-il.

    Les autorités jordaniennes veulent inspecter les contenus des camions pour des raisons de sécurité. Elles imposent d'ailleurs la même procédure de contrôle des échanges à la frontière entre la Jordanie et l'Irak, frontière qui a rouvert il y a un peu plus d'un an. Là-bas, les négociants se plaignent de ces inspections et de la manipulation des marchandises. Des procédures qui rendent très difficile le transport des denrées périssables.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.