GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    CAN 2019 : le Maroc bat le Cameroun 2-0 et fait un pas vers la qualification
    Moyen-Orient

    Affaire Khashoggi: Mnuchin n'ira pas à la conférence de Riyad

    media Le secrétaire d'Etat américain au Trésor, Steven Mnuchin, en juillet 2018. Reuters

    Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a rejoint ce jeudi la liste des dirigeants d'entreprise et hauts responsables qui ont décidé de bouder le forum économique prévu du 23 au 25 octobre à Riyad, en raison de la disparition inexpliquée du journaliste et dissident saoudien Jamal Khashoggi.

    « Je viens de rencontrer @realDonaldTrump et @SecPompeo et nous avons décidé que je ne participerai pas au Future Investment Initiative en Arabie saoudite », a annoncé Mnuchin sur Twitter à l'issue d'une rencontre avec le président et le secrétaire d'Etat américains. Cette annonce a immédiatement fait chuter la Bourse à New York.

    Les pressions sur le secrétaire au Trésor étaient fortes pour qu’il annule son déplacement à Riyad : plusieurs élus républicains l’ont appelé pour lui déconseiller de s’y rendre. L’ancien secrétaire au Trésor Paul O'Neill qui a servi sous George Bush a déclaré qu’il serait « ridicule » d’assister au forum vu les circonstances, relate notre correspondante à Washington, Anne Corpet.

    La directrice du FMI Christine Lagarde, le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire ou encore le ministre britannique du Commerce Liam Fox ont déjà décidé de ne pas se rendre à ce forum.

    Sous une pression croissante, les autorités saoudiennes nient avoir connaissance du sort du journaliste critique de Riyad, qui s'est installé aux Etats-Unis en 2017. Mais les éléments accréditant la thèse de l'assassinat de Jamal Khashoggi s'accumulent.

    Après un déplacement en Arabie Saoudite où il a rencontré le roi et le prince héritier, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a affirmé que les Etats-Unis souhaitent donner « quelques jours de plus » à l'Arabie saoudite pour fournir des explications sur la disparition du journaliste. Les autorités saoudiennes se sont engagées à mener une « enquête complète et approfondie », a assuré le chef de la diplomatie américaine au retour de son déplacement à Riyad où il a rencontré le roi et le prince héritier.

    Tout en se défendant de chercher à « couvrir » Riyad, Donald Trump a mis en avant ces derniers jours les énormes intérêts stratégiques qui lient son pays au royaume sunnite, citant la lutte contre le terrorisme, la nécessité de contrer l'influence de l'Iran chiite mais aussi les contrats d'armement et leurs retombées économiques.

    Le président américian a notamment été interrogé sur l'existence d'un enregistrement audio que les autorités turques affirment détenir. Selon Ankara, il prouve que Jamal Khashoggi a été torturé et tué et que son corps a été immédiatement découpé. « Nous avons demandé cet enregistrement… s’il existe » a affirmé Donald Trump qui ne s'est pas exprimé à nouveau sur la question après son entretien avec Mike Pompeo.


    Le Forum économique de Riyad, un enjeu crucial pour le pays

    Le Forum économique de Riyad, « Future Investment Initiative », est une des pièces maîtresses du changement voulu par le prince héritier d'Arabie saoudite. Mohammed ben Salman lance la première édition, l'an dernier. Et il sort le grand jeu : à coups d'hologrammes et de robots parlants, il veut éblouir les 3 500 chefs d'entreprises présents. Le but est d'attirer les investisseurs internationaux pour les embarquer dans son projet pharaonique baptisé Vision 2030.

    Un projet censé transformer radicalement l'économie saoudienne et la société également. Il s'agit de réduire la dépendance du pays aux revenus issus du pétrole et de miser davantage sur d'autres secteurs comme la technologie et l'industrie des loisirs et du tourisme.

    Ces thématiques sont d'ailleurs au programme de l'édition 2018 du Forum économique. Des débats doivent être organisés dans différents lieux à Riyad, dont le Ritz-Carlton, un palace qui a fait beaucoup parler de lui l'an dernier. Puisque c'est là que Mohammed ben Salman a fait enfermer durant 3 mois des dizaines de princes et d'hommes d'affaires du royaume. Des personnalités accusées officiellement de corruption, mais qui pouvaient aussi gêner son ascension.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.