GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un an après sa disparition, le sous-marin argentin «San Juan» a été localisé dans l'Atlantique (officiel)
    • Incendie en Californie: le nombre de disparus dépasse 1000 personnes (shérif)
    • Les Etats-Unis vont établir une base militaire en Papouasie-Nouvelle-Guinée (Pence)
    • Le programme chinois des «Routes de la soie» n'est «pas un piège» (Xi Jinping)
    • Xi Jinping devant l'Apec: le protectionnisme est «voué à l'échec»
    Moyen-Orient

    Israël: Lara Alqasem attend la décision des juges de la Cour suprême

    media Lara Alqasem, devant un tribunal israélien, le 11 octobre 2018 REUTERS/Amir Cohen

    Cela fait 16 jours désormais que Lara Alqasem est détenue dans le centre de rétention de l'aéroport de Tel Aviv. Cette jeune Américaine s'est vue refuser l'entrée sur le territoire israélien alors qu'elle disposait d'un visa pour faire des études à l'université hébraïque de Jérusalem.

    De notre correspondant à Jérusalem,

    Depuis plus de deux semaines désormais, Lara Alqasem se bat contre une interdiction d'entrée. Et elle est apparue mercredi 17 octobre devant la Cour suprême israélienne. C'était la troisième étape de son parcours judiciaire. Elle avait déjà attaqué cette interdiction d'entrée sur le territoire israélien en première instance puis en appel. Elle a été déboutée à chaque fois. Et dimanche dernier, alors qu'elle risquait une expulsion imminente, elle a décidé de saisir la plus haute instance judiciaire du pays.

    Les juges de la Cour suprême ont mis leur décision en délibéré. Ils n'ont donc pas tranché pour le moment Mais ils ont interrogé le procureur de l'Etat sur les motivations de cette interdiction d'entrée sur le territoire israélien. C'est en fait en raison d'activités politiques en faveur de la cause palestinienne que Lara Alqasem a été refoulée à l'aéroport. Israël l'accuse de soutenir le BDS, le mouvement qui appelle à boycotter Israël en raison de sa politique à l'égard des Palestiniens.

    Contrôle des frontières et des idées

    Il existe désormais une loi qui interdit l'entrée sur le territoire israélien aux partisans de ce boycott économique, culturel et universitaire. C'est une loi assez récente, adoptée il y a un an et demi, en mars 2017. Elle permet au ministre de l'Intérieur de refuser d'accorder un visa aux partisans du boycott d'Israël. Loi «élémentaire», selon les élus de la majorité. « Si quelqu'un m'abaisse, je ne le laisse pas rentrer chez moi », avait déclaré l'un des députés du Likoud, le parti du Premier ministre Benyamin Netanyahu.

    Mais cette loi est assez récente et les avocats de Lara Alqasem dénoncent une interprétation trop large du texte. Car, disent-ils, leur cliente ne soutient plus le mouvement BDS. L'an dernier, elle a été la présidente d'une organisation étudiante en Floride qui menait des campagnes de boycott d'Israël. Mais elle n'en fait plus partie, assurent-ils. Et les juges de la Cour suprême ont signalé au procureur représentant l'Etat qu'il manquait de preuves tangibles de son appartenance actuelle, et non passée, au BDS.

    Plus de 400 universitaires exigent la libération de Lara Alqasem 

    Ce n'est pas la première fois que cette loi est appliquée mais le cas de Lara Alqasem est devenu très emblématique. Cette loi est en effet très controversée et critiquée par une partie de la société israélienne comme une atteinte à la liberté d'expression. Le ministre de la Sécurité publique a notamment affirmé que Lara Alqasem serait autorisée à rentrer si elle déclarait - personnellement et publiquement - son opposition au BDS et exprimait des regrets pour les actions menées en Floride. Et le cas de la jeune femme était l'occasion pour beaucoup de pointer ce qu'ils perçoivent comme des dérives du gouvernement israélien.

    Lara Alqasem a reçu beaucoup de soutiens depuis un peu plus de deux semaines. Celui de son université d'accueil tout d'abord. L'avocat de l'université hébraïque est venu plaidé sa cause à la Cour suprême hier, estimant que « si des gens viennent vivre ici, ils pourront constater que nous ne sommes pas un Etat d'apartheid ». Plus de 400 universitaires israéliens ont également signé un appel demandant à ce que Lara Alqasem soit autorisée à rentrer dans le pays. Des centaines d'intellectuels et de militants juifs aux Etats-Unis ont signé une pétition similaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.