GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Paris souhaiterait rapatrier des enfants de jihadistes sans leurs parents

    media Une mère et ses enfants, dans un camp de personnes suspectées d'accointance avec le groupe Etat islamique, le 15 février 2018, dans le nord de la Syrie. Delil souleiman / AFP

    La France est prête à rapatrier 150 enfants de jihadistes retenus en Syrie, a révélé une source proche du dossier. Cette décision marque un changement de la position française sur cette question sensible. Les enfants âgés pour la plupart de moins de 5 ans reviendront seuls sur le territoire national, sans leurs parents... Mais cette annonce ne signifie pas pour autant un retour immédiat de ces enfants de jihadistes.

    Le parcours vers la France de ses enfants retenus au Kurdistan syrien promet d'être long. Pour qu'ils puissent rentrer, il faut d'abord que leurs mères acceptent de s'en séparer et donnent leur accord à un raptriement.

    Car même si la France ne reconnaît pas le Kurdistan syrien, et son système judiciaire, elle souhaite que les mères - présumées jihadistes ou compagnes de jihadistes - soient jugées sur place, sans revenir sur le territoire national.

    Pour les enfants dont les mères auraient accepté le retour, l'autre obstacle concerne la façon de les faire sortir de la zone où ils se trouvent. Difficile de les faire transiter par la Syrie, puisque Paris a rompu toutes ses relations avec le régime de Damas.

    Un rapatriement via le Kurdistan irakien s'annonce lui aussi compliqué en raison des relations tendues entre les Kurdes syriens et les Kurdes irakiens. Reste le passage par la frontière turque. Pas sûr qu'Ankara accepte de faciliter le transfert d'enfants venus de voisins qu'elle combat.

    En revanche, une fois arrivés en France, le protocole pour ces enfants de jihadistes est bien établi : après une visite médicale, ils sont pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance et peuvent être placés en famille d'accueil.

    La famille que je défends, en tous cas, est heureuse d'entendre que les enfants vont être enfin rapatriés. Car à l'heure actuelle, dans des camps du nord de la Syrie, au Rojava, la situation est difficile pour les enfants. L'hiver arrive, ce sont des conditions précaires en zone de guerre. Néanmoins, ça veut dire qu'on va donc séparer des enfants de leur mère et qu'on considère que des ressortissants français qui n'ont pas été jugés, qui ne pourront pas l'être puisque le Rojava n'est pas reconnu comme un Etat, vont rester là-bas. Et donc, on va les abandonner délibérément en zone de guerre alors qu'on pourrait les rapatrier

    Me Sophie Mazas se bat pour le retour d'une de ses clientes, emprisonnée avec ses enfants dans un camp kurde. 24/10/2018 - par Sylvie Koffi Écouter

    ► Écouter sur RFI : Les Revenantes de Raqqa (La marche du monde)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.