GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les prix du pétrole grimpent de plus de 10% après les attaques contre l'Arabie saoudite
    Moyen-Orient

    Le sommet sur la Syrie réclame un cessez-le-feu durable à Idleb

    media Conférence de presse des quatre dirigeants à Istanbul samedi 27 octobre. REUTERS/Murad Sezer

    Les dirigeants de Turquie, Russie, France et Allemagne ont appelé lors d'un sommet à Istanbul ce samedi à préserver le cessez-le-feu en vigueur dans la province syrienne rebelle d'Idleb.

    Le sommet « a insisté sur l'importance d'un cessez-le-feu durable [à Idleb] tout en soulignant la nécessité de poursuivre la lutte contre le terrorisme », selon la déclaration finale lue à l'issue de la réunion par le président turc Recep Tayyip Erdogan. Ce sommet inédit a rassemblé, outre M. Erdogan, les présidents russe Vladimir Poutine et français Emmanuel Macron, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel.

    « Nous comptons sur la Russie pour exercer une pression très claire sur le régime, qui lui doit sa survie » afin de garantir un « cessez-le-feu stable et durable à Idleb », a déclaré le président français lors d'une conférence de presse après cette rencontre.

    La Turquie et la Russie ont conclu le mois dernier un accord qui a permis d'éviter une offensive de grande ampleur du régime sur Idleb, dernier grand bastion de l'opposition. Mais plusieurs escarmouches ont eu lieu ces derniers jours et des frappes du régime ont fait sept morts vendredi, le bilan le plus élevé depuis l'entrée en vigueur de l'accord turco-russe.

    Dans leur déclaration finale, les quatre dirigeants ont également appelé à établir « avant la fin de l'année » un Comité constitutionnel censé élaborer une nouvelle Constitution syrienne. Les quatre pays ont par ailleurs exhorté à « assurer l'accès rapide, sûr et sans restrictions des organisations humanitaires à travers la Syrie ».

    Selon la déclaration finale du sommet, les quatre pays « ont souligné la nécessité de créer à travers le pays les conditions permettant le retour en sécurité et volontaire des réfugiés ». Le conflit en Syrie a fait plus de 360 000 morts et des millions de déplacés depuis 2011.

    Concernant le sort de Bachar el-Assad, il appartient au peuple syrien « de l'intérieur et de l'extérieur » de décider, a estimé le chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan. « La volonté qui va déterminer le sort d'Assad, c'est la volonté du peuple syrien. C'est l'ensemble du peuple syrien, de l'intérieur et de l'extérieur, qui prendra une décision », a-t-il déclaré à l'issue du sommet.

    (Avec Afp)


    ►ANALYSE

    Erdogan au centre du jeu

    Avec notre envoyée spéciale à IstanbulAnissa el-Jabri

    Erdogan sur tous les écrans de télévision pendant des heures, en Turquie c’est habituel. Mais Recep Tayyip Erdogan aux côtés d’Emmanuel Macron, Angela Merkel et Vladimir Poutine, cette image inédite a saturé tout l’espace public ce samedi. Et quand un journaliste en conférence de presse lance une question sur l’affaire Khashoggi, le président visiblement savoure et consacre de longues minutes à une réponse détaillée.

    Ce sommet au format jamais vu sur la Syrie, le président turc l’appelait de ses vœux depuis septembre. Le rendez-vous intervient finalement après trois semaines passées au centre des débats internationaux sur le meurtre du journaliste saoudien. Ce feuilleton, le président turc en construit chaque épisode quotidien par des révélations savamment distillées.

    Erdogan affaiblit son rival régional Riyad, convainc Moscou qu’il peut ramener le calme parmi les combattants d’Idleb, fait revenir des Européens qui le boudaient chez lui, c’est une revanche pour un président cet été encore critiqué pour son autoritarisme. C’est un atout précieux aussi pour le dirigeant d’un pays en crise économique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.