GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: l'enquête sur la mort de la secouriste Razan al-Najjar va se poursuivre

    media Obsèques de Razan al-Najjar à Gaza le 2 juin 2018: la jeune secouriste volontaire a été tuée alors qu'elle apportait de l'aide à des blessés dans les manifestations du vendredi 1er juin à l'est de la ville de Khan Younès. REUTERS/Mohammed Salem

    La mort de Razan al-Najjar avait entraîné une vague de condamnations et l'émissaire des Nations unies pour le processus de paix au Proche-Orient avait enjoint Israël à « calibrer son usage de la force ». La secouriste palestinienne a été tuée le 1er juin dernier par un tir israélien alors qu'elle intervenait professionnellement dans les rassemblements organisés le long de la barrière de séparation. Un décès sur lequel l'avocat général de l'armée demande désormais une enquête approfondie.

    De notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil

    Cinq mois après sa mort, le visage de Razan al-Najjar est encore très présent dans les rues de Gaza. La jeune femme alors âgée de 21 ans est devenue pour les Palestiniens l'un des symboles de ce qu'ils dénoncent comme un usage excessif de la force par l'armée israélienne face à des rassemblements qu'ils qualifient de « pacifiques ».

    La jeune femme avait été tuée alors qu'elle portait sa blouse blanche. Et selon la société palestinienne de secours médical qui dénonce un crime de guerre, elle avait reçu une balle alors qu'elle était en train de prodiguer des soins à un protestataire blessé.

    Rapidement après les faits, l'armée israélienne avait ouvert une enquête. Ses conclusions l'ont conduit à considérer que la jeune secouriste n'avait pas été victime d'un tir intentionnel et qu'un « nombre limité de balles avait été tiré lors de l'incident ».

    Elle dénonce de manière continue ces rassemblements comme des « émeutes violentes » et souligne que ce jour-là, un véhicule militaire avait essuyé des tirs palestiniens. Mais l'avocat général, principal avocat de l'armée, souhaite un examen plus en profondeur des circonstances et a demandé à la police militaire de poursuivre l'enquête.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.