GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Territoires palestiniens: l'OLP menace de ne plus reconnaître Israël

    media Le conseil central de l'OLP s'est réuni, les 28 et 29 octobre 2018 à Ramallah, en présence du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (3e g.). REUTERS/Mohamad Torokman

    Dans un contexte de tensions avec Israël, le conseil central de l'OLP préconise de ne plus reconnaître l'Etat hébreu.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    C'est un organe clé de la vie politique palestinienne qui s'est réuni dimanche 28 et lundi 29 octobre à Ramallah. Le conseil central de l'Organisation de libération de la Palestine devait définir une nouvelle stratégie, alors qu'elle se trouve dans une situation délicate. La réconciliation avec le Hamas qui contrôle la bande de Gaza n'avance pas et les Etats-Unis ont cessé l'essentiel de leur aide aux Palestiniens. Dans ce contexte, le conseil central recommande une mesure assez radicale : le retrait de la reconnaissance par l'OLP de l'Etat d'Israël.

    Son communiqué final marque l'agacement croissant de l'Organisation de libération de la Palestine. Depuis la signature des accords d'Oslo il y a 25 ans, elle attend la création d'un Etat palestinien. Et le texte publié ce lundi soir dénonce les « atteintes continues aux accords signés de la part d'Israël ».

    Vers un arrêt de la coopération sécuritaire ?

    Face à l'absence d'avancées et aux pressions exercées par l'administration Trump, le conseil central de l'OLP recommande donc de retirer la reconnaissance d'Israël jusqu'à ce que le pays reconnaisse à son tour la Palestine comme un Etat, dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.

    Cette reconnaissance d'Israël date de 1988 et avait été un prélude aux accords d'Oslo. Son retrait, accompagné de l'arrêt de la coopération sécuritaire, pourrait marquer la fin de ce processus engagé au début des années 90.

    Mais cette menace palestinienne n'est pas récente. Elle avait déjà été formulée en janvier dernier ainsi qu'en 2015. Pour l'instant, elle n'a jamais été mise en oeuvre par le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Mais cette fois-ci, un comité a été créé pour étudier les moyens d'appliquer cette recommandation. Et le ministre israélien de l'Economie accuse l'OLP de « torpiller le processus de paix ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.