GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Violents combats entre jihadistes et rebelles pro-turcs dans la province d'Alep

    media Rebelles syriens dans le sud de la province d'Alep en février 2018 (photo d'illustration). OMAR HAJ KADOUR / AFP

    De violents combats ont éclaté entre un groupe jihadiste et des rebelles pro-turcs au nord et à l’ouest de la province d’Alep, dans le nord de la Syrie. Les affrontements dans cette région située non loin de la zone démilitarisée, instaurée conformément à un accord entre la Turquie et la Russie, ont fait des morts et des blessés dans les deux camps, selon des sources de l’opposition syrienne.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Les combats ont éclaté à l’issue de l’assassinat, lundi 29 octobre, de deux hauts dirigeants de Hayat Tahirir al-Cham, l’ancienne branche d’al-Qaïda en Syrie, par une formation rebelle proche de la Turquie.

    Les jihadistes ont riposté en lançant une attaque en règle contre les positions du Front de libération nationale, une coalition d’une douzaine de formations proches d’Ankara. Après de violents duels d’artillerie, Hayat Tahrir al-Cham a chassé les rebelles de la localité de Kfar Hamra, au nord de la province d’Alep.

    Les combats se sont étendus à la ville de Darat Izza et à d’autres localités au nord et à l’ouest d’Alep. Des canons de chars et des obus de mortier ont été utilisés dans ces affrontements qui ont fait des morts et des blessés dans les deux camps et des victimes parmi les civils.

    La tension est très forte à Alep et dans la province voisine d’Idleb entre les rebelles et les jihadistes, qui ont refusé de se retirer de la zone démilitarisée convenue entre la Russie et la Turquie, le 27 septembre. Ces deux dernières semaines, une dizaine de commandants militaires et de responsables de Hayat Tahrir al-Cham ont été assassinés.

    Dans le même temps, l’armée syrienne a acheminé d’importants renforts à l’ouest d’Alep après le rejet par les jihadistes d’un ultimatum pour se retirer de la banlieue d’al-Zahraa.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.