GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Benyamin Netanyahu condamne pour la première fois le meurtre de Jamal Khashoggi

    media Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu , ici le 28 octobre 2018 à Jérusalem. Oded Balilty/Pool via REUTERS

    Alors que la plupart des dirigeants du monde se sont exprimés à plusieurs reprises sur le sujet, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a condamné pour la première fois ce vendredi 2 novembre le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Une condamnation a minima.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Son silence sur le sujet avait été nettement remarqué. Pendant un mois, Benyamin Netanyahu n’a pas fait un seul commentaire en public sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué au consulat de son pays à Istanbul. Citant des responsables de la Maison Blanche, le Washington Post avait affirmé jeudi 1er novembre que le Premier ministre israélien avait demandé à l’administration Trump de continuer à soutenir le prince héritier saoudien sous le feu des critiques.

    C’est donc sous la pression de cet article que Benyamin Netanyahu a fini par faire une déclaration publique. En laissant s’installer l’idée qu’il avait défendu Mohammed ben Salman sans condamner les faits, le chef du gouvernement prenait en effet le risque de s’isoler de ses alliés occidentaux et d’apparaître du côté de dirigeants autoritaires. « Ce qui s’est passé au consulat d’Istanbul est horrible et il faut s’en occuper », a donc finalement déclaré Benyamin Netanyahu.

    Mais pour ne pas froisser un pays devenu un partenaire dans la lutte contre l’Iran, il a ajouté qu’il est « très important pour la stabilité du monde (...) que l’Arabie saoudite reste stable ». Lui qui présente son pays comme la seule démocratie du Moyen-Orient n’a pas dit un mot sur l’importance de préserver la liberté d’expression. Pour Benyamin Netanyahu, le plus important est d'éviter de compromettre un rapprochement jugé stratégique avec Riyad.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.