GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Déjà mal en point, l'Iran face à de nouvelles sanctions américaines

    media Au Grand Bazar de Téhéran, le 3 novembre 2018. ATTA KENARE / AFP

    Six mois après leur retrait de l'accord sur le nucléaire iranien, les Etats-Unis s'apprêtent à prendre de nouvelles sanctions contre l’Iran alors que le pays traverse une période difficile.

    Avec notre envoyé spécial de retour de Téhéran, Sami Boukhelifa

    Six mois après le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien, la page est définitivement tournée à Téhéran. Et les regards sont désormais braqués sur l’Europe. « Nous allons voir si les Européens suivent le chemin des Américains ou s’ils respectent leur parole en se maintenant dans l’accord. Il en va de leur crédibilité, ce sont eux qui ont négocié cet accord », rappelle Hosseini Shahroudi, vice-président de la commission économique au Parlement.

    Mais l’élu se veut confiant : « Si les Européens ne respectent pas non plus leurs engagements, beaucoup d’options s’offriront à nous pour contourner les sanctions et résoudre nos problèmes économiques, assure-t-il. Il ne faut pas oublier que nous sommes autosuffisants. Nous subvenons à plus de 85 % de nos besoins grâce à notre production locale. »

    Cet optimisme n’est pas partagé par tous. Au cœur du Grand Bazar de Téhéran, Ali Labbafiane suit l'actualité de près. Ce marchand de tapis, par ailleurs diplômé en sciences politiques, n'a rien raté des récents développements et des sanctions américaines contre l’Iran. Il dénonce une injustice et déplore le manque de solidarité internationale. Pour lui, l'Europe ne fait pas le poids face aux Etats-Unis. « Les Européens nous disent qu’ils restent dans l’accord sur le nucléaire, mais la réalité c’est que leurs entreprises sont en train de quitter l’Iran », constate le commerçant.

    Les multinationales font leurs cartons et la monnaie iranienne s'effondre. En un an, la valeur du dollar a été multipliée par quatre. Début septembre, le billet vert s’échangeait ainsi contre 150 000 rials. Et dans les magasins, certains produits commençaient à manquer. Alors que des manifestations d’une ampleur inédite ont éclaté ces derniers mois pour dénoncer la cherté de la vie, de plus en plus d’Iraniens préfèrent quitter leur pays, comme en témoigne Fatima Kashefi, une jeune iranienne rencontrée à Téhéran.

    Beaucoup de mes amis ont quitté l’Iran. Aujourd’hui j’ai plus d’amis à l’étranger qu’ici. Je le vis comme un drame.

    Face aux difficultés économiques, les Iraniens quittent leur pays. Témoignage 03/11/2018 - par Sami Boukhelifa Écouter

    La situation pourrait bien s’aggraver. Après un premier train de sanctions cet été visant notamment le secteur bancaire, l’industrie automobile et l’aviation, les Etats-Unis s’apprêtent à enfoncer le clou en frappant cette fois le secteur névralgique de l’énergie. Objectif : isoler davantage l’Iran pour l’obliger à négocier un nouvel accord plus strict sur le nucléaire, stopper son programme balistique et son influence dans la région.

    Pour Ali Labbafiane, Téhéran a aussi sa part de responsabilité dans cette situation. « L’Iran a commis une erreur en s’engageant dans l’accord sur le nucléaire. S’il ne l’avait pas fait et qu’il avait poursuivi son programme nucléaire, aujourd’hui il pourrait, comme la Corée du Nord, négocier en position de force », estime le commerçant.

    Une économie menacée d'être entièrement paralysée

    En théorie, les secteurs pharmaceutiques, de l’agroalimentaire et des télécoms sont épargnés des sanctions américaines pour des raisons humanitaires. Mais en pratique, les sanctions financières imposées par Washington rendent presque impossible toute relation commerciale avec l’Iran. Sanctionner les banques revient en effet à fermer le robinet des crédits et donc à paralyser tous les secteurs de l’économie.

    Effectuer des transactions en dollars avec l’Iran suffira pour être punis par les autorités américaines. Dès ce lundi, les banques étrangères qui engageront des échanges avec les banques iraniennes s’exposeront à des sanctions qui peuvent aller des amendes jusqu’à l’interdiction au marché américain. Ce qui fait frissonner les établissements financiers français et européens, très présents aux États-Unis. En 2016, BNP Paribas avait dû payer une amende historique de 9 milliards de dollars à l’administration américaine.

    L'administration Trump veut également que le circuit bancaire international Swift, par lequel passent les virements dans le monde, déconnecte les banques iraniennes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.