GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Mars
Samedi 16 Mars
Dimanche 17 Mars
Lundi 18 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 20 Mars
Jeudi 21 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Au Bahreïn, le leader de l'opposition condamné en appel à la perpétuité

    media L'opposant chiite Cheikh Ali Salmane (ici le 1er juillet 2011) avait été acquitté une première fois en juin dernier. REUTERS/Hamad I Mohammed

    Au Bahreïn, le chef d’un des principaux mouvements dissidents Cheikh Ali Salmane a été condamné ce dimanche 4 novembre en appel à la prison à perpétuité. Il est officiellement accusé d’« intelligence » avec le Qatar.

    Cheikh Ali Salmane et deux autres membres du mouvement chiite Al-Wefaq ont été condamnés à la prison à perpétuité en appel, après avoir été acquittés une première fois en juin dernier. Qualifié de « parodie de justice » par Amnesty International, ce jugement peut encore faire l’objet d’un recours. Mais les opposants pourraient être définitivement écartés de la vie politique.

    Officiellement, ils sont accusés d'avoir voulu « renverser l’ordre constitutionnel » en touchant de l’argent contre des informations données au Qatar, un pays boycotté par le pouvoir et accusé de soutenir le terrorisme.

    « Jusque-là, les dirigeants chiites étaient condamnés pour subversion et complot au profit d'une puissance étrangère, en l'occurrence l'Iran. A ma connaissance, c'est la première fois qu'on voit apparaître dans le chef d'accusation l'état-major du Qatar. Cela paraît totalement irréaliste », remarque Jean-Paul Burdy, professeur à Sciences Po Grenoble et spécialiste du Moyen-Orient.

    « Il s'agit de décapiter procès après procès l'ensemble du clergé chiite jusqu'à ce qu'il n'y ait plus personne pour représenter politiquement et spirituellement cette communauté chiite », poursuit Jean-Paul Burdy.

    Poussé à l’exil en 1995, Cheikh Ali Salmane était rentré au Bahreïn en 2001 suite à une amnistie générale et alors que beaucoup espéraient une ouverture du régime. Mais depuis 2011 et le mouvement de contestation initié dans la foulée du « printemps arabe » écrasé dans le sang, le pouvoir se durcit.

    Pour les opposants à la dynastie Khalifa au pouvoir, la situation est de plus en plus critique. Dans ce pays à majorité chiite dirigée par une monarchie sunnite, des centaines d’opposants sont emprisonnés, déchus de leur nationalité ou interdits de quitter le territoire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.