GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les nouvelles sanctions américaines contre l'Iran entrent en vigueur

    media Des Iraniennes passent devant des graffitis sur les murs de l'ancienne ambassade américaine à Téhéran, le 4 novembre. ATTA KENARE / AFP

    Les États-Unis rétablissent à partir de ce lundi 5 novembre un régime de sanctions sévères contre l'Iran. Washington interdit désormais de faire du commerce avec la République islamique, qui ne pourra donc bientôt plus vendre officiellement son pétrole aux pays étrangers.

    S'il manie la carotte et le bâton avec la Corée du Nord, Donald Trump n'a jamais semblé vouloir discuter avec l'Iran, autre ennemi historique des États-Unis. Les sanctions américaines appliquées à partir de ce lundi sont loin de faire l'unanimité dans la communauté internationale, mais Washington est bien décidé à asphyxier Téhéran.

    « Ces sanctions ont un but évident, a expliqué le secrétaire d'État Mike Pompeo. Empêcher le plus grand soutien du terrorisme au niveau mondial de faire ce qu'il a fait ces dernières semaines, comme ces tentatives d'attentat au cœur de l'Europe. Ces sanctions ont déjà eu un énorme impact. Nous avons déjà fait baisser la production de pétrole brut iranien de plus d'un million de barils par jour, et ce nombre va encore augmenter. »

    Dérogation

    Mike Pompeo confirme qu'une dérogation sera bien accordée à huit pays, qui pourront continuer dans un premier temps à acheter du pétrole iranien, avant de stopper, eux aussi, tout commerce, explique notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier.

    Le secrétaire d'État se refuse cependant à indiquer qui bénéficie de cette exemption. On parle notamment de l'Irak, de la Turquie, mais aussi de l'Inde et de la Chine. Il ne précise pas non plus le calendrier envisagé.

    Et alors que des sénateurs républicains, de son propre camp donc, voudraient imposer des sanctions encore plus contraignantes, notamment sur le secteur bancaire, Pompeo estime que les premières décisions américaines sont pour le moment suffisantes pour mettre le régime iranien au pied du mur.

    Chute de la monnaie, flambée des prix

    L'économie iranienne est déjà durement touchée par les premières sanctions américaines qui ont fait chuté la valeur de la monnaie. Un dollar américain valait près de 40 000 rials en début d'année, il vaut aujourd'hui environ quatre fois plus, ce qui a eu un effet direct sur le prix des produits de première consommation.

    Faramarz, un jeune peintre de bâtiment, craint une aggravation de la situation avec les nouvelles sanctions. « Durant cette période, les choses ont beaucoup changé. Le prix a été multiplié par deux ou trois. Les gens touchent le même salaire qu'avant, mais tout a augmenté par trois ou quatre. C'est difficile. Si on gère correctement les affaires, cela n'aura pas beaucoup d'effet, mais si on continue comme ça, ce sera beaucoup plus difficile qu'aujourd'hui. »

    La principale crainte des Iraniens est un arrêt total des exportations de pétrole, ce qui réduirait considérablement les moyens financiers du gouvernement, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

    L'objectif des Etats-Unis est de réduire à zéro les exportations de pétrole est les rentrées pétrolières de l'Iran, qui représentent une grande partie des revenus du gouvernement.

    Beaucoup de mes amis ont quitté l’Iran. J’ai plus d’amis à l’étranger qu’ici. Je le vis comme un drame. Mais moi personnellement je crois que quitter l’Iran ne résout aucun problème. J’aime l’Iran, je reste ici et je prône le changement. J’invite les gens à s’occuper davantage des questions environnementales, à mieux respecter les lois, à se cultiver… Je fais de mon mieux. Durant plusieurs années, beaucoup ont essayé d’améliorer les choses mais ils ont perdu espoir et finalement ils sont partis, ils ont quitté le pays. On ne peut pas les empêcher de partir, ici l’avenir est incertain.
    Fatima Kashefi, une jeune iranienne 05/11/2018 - par Sami Boukhelifa Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.