GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Affaire Khashoggi: Riyad promet devant l'ONU une enquête «impartiale»

    media Bandar al-Aiban, chef de la commission saoudienne des droits de l'homme à l’ONU, le 5 novembre 2018 à Genève. REUTERS/Denis Balibouse

    Ce lundi 5 novembre, devant le Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève, Riyad a promis de mener une enquête impartiale dans l’affaire Jamal Kahshoggi, le journaliste saoudien assassiné au consulat de son pays à Istanbul.

    Les membres de l'ONU procédaient ce lundi à Genève à l'examen du respect des droits de l'homme par l'Arabie saoudite. Cette procédure ordinaire, à laquelle doivent se soumettre régulièrement tous les membres des Nations unies, a pris une dimension particulière avec l'affaire Jamal Khashoggi, dont le corps n'a toujours pas été retrouvé.

    Après un quart d’heure passé à vanter les mérites de son pays en matière des droits de l’homme, Bandar al-Aiban, chef de la commission saoudienne des droits de l'homme à l’ONU, aborde enfin la question épineuse : l’assassinat du journaliste. « Notre roi Salman, gardien des lieux saints de l’Islam, a donné des directives. Le parquet saoudien mène une enquête selon nos lois nationales. Nous obtiendrons la vérité, nous jugerons les coupables et les punirons pour leur crime », annonce-t-il.

    Après cette déclaration, les représentants des autres pays membres du Conseil des droits de l’homme prennent la parole. Ils pointent les manquements de Riyad et demander aux Saoudiens d’y remédier. « La France adresse les recommandations suivantes à l'Arabie saoudite : garantir la sécurité des journalistes et des défenseurs des droits, et faire cesser immédiatement les emprisonnements et les arrestations arbitraires dont ils sont victimes », lance l’ambassadeur François Rivasseau, qui représente la France aux Nations unies.  

    Plusieurs autres pays ont aussi vigoureusement critiqué Riyad. Sans citer nommément le cas Khashoggi, beaucoup condamnent les arrestations massives de défenseurs des droits humains en Arabie saoudite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.