GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un juge brésilien ordonne l'arrestation de Cesare Battisti pour l'extrader vers l'Italie (agence de presse officielle)
    • Strasbourg: Macron remercie «l'ensemble des services mobilisés» dans la traque de l'auteur de l'attentat
    • Cessez-le-feu au Yémen: «La paix est possible», estime Pompeo
    Moyen-Orient

    [Témoignage] Yémen: «Les gens ici ont peur» et sont «confinés» chez eux

    media A Hodeida, en 24 heures, il y a eu 149 morts, dont des civils. STRINGER / AFP

    Le carnage se poursuit au Yémen. Au moins 150 personnes tuées durant ces dernières 24 heures à Hodeida, ville portuaire de l’ouest du pays. La coalition arabe, dirigée par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, mène d’importantes frappes aériennes à la demande des autorités yéménites. L'objectif est de déloger les rebelles houthis, qui contrôlent Hodeida. Mais les civils se retrouvent au milieu des affrontements.

    A Hodeida, les combats font rage. Et la situation des civils est catastrophique. Au cours des dernières 24 heures, 149 personnes sont mortes dans cette grande ville portuaire. RFI a pu joindre une habitante qui témoigne de la violence des attaques et de la vulnérabilité des hommes et femmes pris au piège.

    « Hier, dimanche, les bombardements ont été très violents et soudains. La situation était calme et tout à coup, nous avons entendu les hélicoptères. Ils étaient là, sous nos yeux. Des hélicoptères Apache. Je n’en avais jamais vu auparavant. Et puis les raids ont commencé. Il devait être 12h30. Les frappes aériennes se sont poursuivies jusqu’au coucher du soleil », raconte Manel Qaïd.

    Ce lundi, la situation s’est plus ou moins apaisée selon cette même habitante. « Nous restons très inquiets. Vous savez, les combats sont très soudains et ils peuvent reprendre à n’importe quel moment. Nous avons eu beaucoup de victimes civiles à cause des éclats d’obus et des bombardements. Les gens ici ont peur. Nous étions confinés chez nous et nous entendions les déflagrations. Avec nos voisins, on s’est demandé s’il n’était pas préférable de fuir, mais finalement nous avons décidé de rester chez nous. »

    Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a mis en garde contre une éventuelle destruction du port de cette ville d'Hodeida. Il craint dans ce cas « une situation absolument catastrophique ». Hodeida est en effet le point d'entrée de plus des trois quarts des importations et de l'aide humanitaire internationale.

    Pressions diplomatiques pour une sortie du conflit

    Mettre fin au massacre : c'est le message qu'est venu porter le Royaume-Uni. Son ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, est en visite en Arabie saoudite et aux Emirats-Arabes-Unis ce 12 novembre. Ces deux pays sont engagés dans le conflit. Ils soutiennent les forces gouvernementales contre les rebelles houthis. Mais ils sont souvent accusés de bavures, en bombardant des civils.

    « Le coût humain de cette guerre est incalculable » a déclaré le chef de la diplomatie britannique avant son départ dans le Golfe, appelant à une solution politique. Quelques heures plus tôt, Mike Pompeo, le ministre de la Défense américain, disait à peu près la même chose, lors d'un entretien avec le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman. Les Américains, qui soutiennent militairement l'Arabie saoudite, ont cessé samedi 10 novembre de ravitailler leurs avions en vol, au Yémen, un premier signe de désengagement de ce conflit meurtrier, où l'aide militaire occidentale, même indirecte, est de plus en plus critiquée. 

    Nombreux sont ceux qui appellent aujourd'hui à de nouvelles discussions de paix. Les dernières, sous l'égide de l'ONU, ont échoué en septembre dernier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.