GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: la répression sur les militants des droits de l'homme s'accentue

    media Vue générale du Caire, la capitale de l'Egypte (image d'illustration). KHALED DESOUKI / AFP

    Au moins 40 personnes proches d'une ONG de défense des droits humains ont été arrêtées depuis fin octobre et sont détenues dans des « endroits inconnus », a affirmé dimanche Human Rights Watch (HRW) qui a appelé les autorités à dévoiler leur lieu de détention.

    Au moins 40 personnes proches d’une ONG seraient actuellement détenues en Egypte dans des lieux inconnus selon Human Rights Watch. « Beaucoup de ceux qui ont été arrêtés apportaient un soutien juridique et humanitaire aux familles de détenus politiques », qui ont eux aussi été portés disparus après leur arrestation, a indiqué l'ONG dans un communiqué.

    Des femmes et hommes « courageux »

    HRW affirme avoir parlé à « un avocat, un militant des droits de l'Homme et deux militants politiques qui sont en contact direct avec les familles des personnes arrêtées » depuis fin octobre. « La répression des agences de sécurité égyptiennes touche maintenant (...) ces femmes et ces hommes courageux qui ont essayé de protéger les disparus », a estimé Michael Page, directeur adjoint de HRW Moyen-Orient.

    Au moins 80 disparitions depuis octobre

    Une des sources consultées par HRW fait état d'au moins 80 disparitions depuis fin octobre, mais seules 40 ont pu être vérifiées par l'organisation. « Les autorités égyptiennes devraient immédiatement révéler le lieu de détention des prisonniers, relâcher tous ceux arrêtés seulement pour avoir exercé leurs droits, et faire passer devant un juge les autres pour qu'il se penche sur leur détention », indique l'ONG.

    Selon elle, les personnes arrêtées étaient proches de l'Egyptian Coordination for Rights and Freedoms, un groupe de défense des droits de l'Homme. Parmi elles figure Hoda Abdelmoneim, une avocate âgée de 60 ans qui a été membre de la Coalition révolutionnaire des femmes égyptiennes, un groupe proche des Frères musulmans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.