GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: malgré les efforts diplomatiques, les rebelles continuent de se mobiliser

    media Des combattants houthis à Sanaa, le 28 mars 2015 (image d'illustration). REUTERS/Khaled Abdullah

    Les rebelles houthis continuaient de mobiliser leurs partisans au Yémen pour défendre notamment la ville stratégique portuaire de Hodeïda en dépit d'efforts pour rechercher une solution politique à la guerre qui dure depuis plus de trois ans.

    Des dizaines d'hommes en armes, dont certains très jeunes, se sont livrés samedi 17 novembre à une démonstration de force dans les environs de Sanaa, se disant prêts à aller renforcer les fronts de guerre. Ils ont paradé à pied ou à bord de véhicules équipés de mitrailleuses en lançant des slogans favorables aux rebelles dont celui de « victoire de l'islam ».

    « Les tribus yéménites honorables sont prêtes à renforcer les fronts de guerre en combattants, en armes et en moyens financiers », a déclaré Chamsan Abou Nachtan, un volontaire. « La soi-disant trêve n'est qu'une manœuvre des agresseurs, connus pour leurs conspirations et leurs complots », a-t-il ajouté en référence à la désescalade militaire à Hodeida, ville de l'ouest du pays sur la mer Rouge.

    Les rebelles prêts au dialogue avec l'émissaire de l'ONU

    Hamid Assem, dirigeant rebelle pressenti pour participer à d'éventuelles négociations de paix a abondé dans le même sens : « Le peuple yéménite continuera de résister et de se mobiliser ». « Nous sommes prêts au dialogue à tout moment. Si Martin Griffiths (l'envoyé spécial de l'ONU) vient on lui dira qu'on est prêt au dialogue et s'il ne vient pas on est prêt à se battre jusqu'au dernier souffle », a-t-il ajouté pendant le rassemblement.

    Attendu prochainement à Sanaa, Martin Griffiths a annoncé vendredi 16 novembre au Conseil de sécurité des Nations unies son intention d'organiser des pourparlers de paix « rapidement » en Suède afin de mettre un terme à quatre ans de guerre au Yémen.

    Une solution politique au conflit ?

    Le gouvernement yéménite soutenu par les Saoudiens, tout comme les rebelles Houthis, soutenus eux par l'Iran, ont montré un « engagement renouvelé » à travailler à une solution politique et ont présenté des « garanties solides » selon lesquelles ils participeraient aux pourparlers, a-t-il déclaré.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.