GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Royaume-Uni: Theresa May remporte le vote de défiance, 200 députés ont exprimé leur soutien et 117 ont voté contre (officiel)
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Israël: le gouvernement de Netanyahu ne tient plus qu'à un fil

    media Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu à Jérusalem le 18 novembre 2018. Abir Sultan/Pool via REUTERS

    Le ministre de l’Education nationale israélien, Naftali Bennett, doit tenir ce lundi une conférence de presse à 9h30 heure francaise. Il pourrait annoncer sa démission et précipiter par voie de conséquence la chute du gouvernement de Benyamin Netanyahu.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    C’est ce 19 novembre au matin que le sort du gouvernement israélien devrait être décidé. Les dirigeants du Foyer juif, le parti de l’aile droite de la coalition gouvernementale ont convoqué une conférence de presse. Naftali Bennett l’actuel ministre de l’éducation nationale pourrait, selon son entourage, annoncer sa démission, ce qui ferait perdre du même coup la majorité parlementaire du gouvernement de Benyamin Netanyahu.

    Ce dernier a annoncé dimanche soir qu’il s’est auto-nommé ministre de la Défense, précisément le poste convoité par Naftali Bennett. « Ce n’est pas le moment de faire tomber le gouvernement. Ce n’est pas le moment de faire des élections. C’est irresponsable », a notamment affirmé le Premier ministre israélien en expliquant que son pays était dans une situation très complexe au niveau de la sécurité.

    Une prestation tournée en dérision dans la presse israélienne ce matin. Il s'agissait ni plus ni moins d’un discours électoral, estiment nombre de commentateurs. Un discours belliqueux, fait remarquer un éditorialiste qui qualifie Netanyahu de ministre de la guerre. La droite elle taxe le Premier ministre de gauchisme. Il s'occupe de politique au lieu de sécurité, estime un commentateur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.