GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: deux figures anti-Assad et anti-EI assassinés dans les environs d'Idleb

    media Vue aérienne (drone) d'un quartier d'Idleb tenu par des milices opposées au pouvoir de Bachar el-Assad (archive de juin 2017). REUTERS/Ammar Abdullah

    Deux figures du soulèvement anti-Assad en Syrie ont été assassinés ce vendredi dans la région d'Idleb, une région aux mains de rebelles et de jihadistes. Raed Fares et Hammoud al-Jneid ont été tués par des hommes armés au moment de la prière. Tous deux travaillaient pour Radio Fresh, l'un des rares média indépendants dans la région. Ils critiquaient à la fois le régime de Bachar el-Assad et les jihadistes. Raed Fares, le fondateur de Radio Fresh, témoignait régulièrement à l'extérieur de la Syrie

    Il y a un an, Raed Fares s'exprime avec force devant le Forum d'Oslo pour la liberté, organisé par des ONG. Le journaliste syrien explique comment il est devenu une figure de la révolte anti-Assad dans sa petite ville de Kafranbel.

    Unique journaliste sur place, il décide de témoigner et de participer à des manifestations pour la démocratie. Mais sa lutte devient double, avec la montée en puissance des groupes jihadistes.

    « La vérité, c'est que les Syriens doivent faire face à deux formes de terrorisme : le terrorisme d'Assad d'un côté, et de l'autre l'organisation Etat islamique et différents groupes extrémistes. Nous l'avons nous-même expérimenté au sein de notre association. Nos bureaux ont été deux fois bombardés et brûlés par le régime d'Assad. Et l'Etat islamique a aussi ciblé deux fois nos bureaux ! »

    Raed Fares, malgré les menaces sur sa vie, ne voulait pas baisser les bras et délivrait alors un message d'espoir : « Je vous promets que la révolution syrienne va changer le visage du Moyen-Orient parce qu'elle change les êtres humains de l'intérieur. Les révolutions ce sont des idées, et aucune arme ne peut tuer des idées. »

    Raed Fares, journaliste syrien, citoyen engagé, est mort sous les balles. Il avait 46 ans et était père de trois enfants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.