GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: une centaine de cas de suffocation à Alep, Damas accuse les rebelles

    media Une photo de l'agence officielle Sana montre une femme hospitalisée à Alep suite à une attaque aux «gaz toxiques», selon les médias d'Etat. SANA/Handout via REUTERS

    Une centaine de cas de suffocation ont été rapportés après une attaque aux « gaz toxiques » en Syrie dans la métropole d'Alep, selon un nouveau bilan fourni dans la nuit par les médias d'Etat qui ont accusé les insurgés.

    Citant des « sources médicales », l'agence officielle Sana a rapporté dans la nuit de samedi à dimanche « 107 cas de suffocation », après un premier bilan d'une cinquantaine de blessés. De son côté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté « 94 cas de suffocation ».

    Cité par Sana, le chef de la police d'Alep, Essam al-Chili, indique que « les groupes terroristes ont visé les quartiers résidentiels de la ville avec des roquettes contenant des gaz toxiques, entraînant des cas de suffocation parmi les civils » samedi soir.

    Le Front national de libération, l'alliance rebelle la plus importante présente dans les provinces d'Alep et d'Idleb, a démenti toute implication. « Nous démentons les allégations mensongères du régime sur une attaque contre Alep qui aurait été menée par les révolutionnaires à l'aide de projectiles, encore plus à l'aide de projectiles contenant du gaz de chlore », a indiqué le porte-parole de la coalition rebelle, Naji Moustapha.

    « Odeur de gaz de chlore »

    « Les hôpitaux ont reçu 94 cas de suffocation », a indiqué de son côté à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. « Ils ont été soignés et la majorité d’entre eux sont sortis. Il y a toujours 31 cas dans les hôpitaux mais leur état n'est pas critique », a-t-il souligné. Les sources de l'Observatoire ont évoqué une « odeur de gaz de chlore », selon Rami Abdel Rahmane.

    Samedi soir, un responsable de la santé dans la ville d'Alep avait évoqué une « possible » utilisation de « gaz de chlore ».

    Depuis fin 2016, Alep, la grande métropole du nord syrien, est sous le contrôle total du pouvoir de Bachar al-Assad. Mais des secteurs à la périphérie ouest de la ville sont tenus par des groupes rebelles et jihadistes, qui contrôlent la province voisine d'Idleb, ultime grand bastion insurgé de Syrie.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.