GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Décembre
Mercredi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Unionistes et républicains reprennent le dialogue ce lundi pour tenter de sortir l'Irlande du Nord du blocage politique
    • Le négociateur américain Stephen Biegun rejette tout ultimatum nord-coréen mais laisse la porte ouverte à de nouvelles négociations
    • Séisme aux Philippines: le bilan est monté à trois morts, à Mindanao, les recherches se poursuivent
    Moyen-Orient

    Les Palestiniens se félicitent du retrait d’Airbnb des colonies en Cisjordanie

    media Capture d'écran sur le site Airbnb à la page recherche: «Cisjordanie» RFI/Capture d'écran

    C’est une première. La semaine dernière, la célèbre plate-forme de location a annoncé qu’elle allait retirer près de 200 logements dans les colonies israéliennes de Cisjordanie occupée. Des colonies « au cœur de la querelle entre Israéliens et Palestiniens », justifie Airbnb, mais qui sont avant tout illégales selon le droit international. Cette décision a suscité de vives réactions dans l’Etat hébreu, qui a menacé de prendre des mesures de rétorsion. Une première plainte a même été déposée il y a quelques jours.

    De notre correspondante dans les Territoires palestiniens,

    Si, du côté israélien, on condamne dans l’ensemble cette décision, du côté palestinien, on applaudit. Sur la Toile, ce retrait d’Airbnb de Cisjordanie occupée a été énormément relayé et salué par les Palestiniens. Malgré les menaces de sanctions israéliennes, certaines organisations locales encouragent même les internautes à envoyer directement des emails de remerciement à la plateforme.

    C’est le cas par exemple de l’Institut palestinien pour la démocratie publique, qui les invite à soutenir cette action en envoyant un bref message à la direction de la plateforme en personne. Il s’agit d’un message tout simple : « Cher directeur général d’Airbnb, merci de vous battre pour la justice et l’égalité, c’était la bonne chose à faire. »

    Pour les Palestiniens, c’est une véritable victoire, car cela fait plusieurs années qu’ils dénoncent ce phénomène. En fait, la décision de la plateforme a coïncidé avec la publication d’une enquête menée par Human Rights Watch et Kerem Navot, une association israélienne. Leur rapport intitulé « Bed and breakfast en terre volée » recense ces annonces forcément « discriminatoires » selon les ONG.

    Car si seuls des Israéliens et des étrangers peuvent louer des logements dans les colonies, dans les faits, ces dernières sont interdites d’accès aux Palestiniens. Ces locations rendent viables économiquement ces colonies illégales et facilite le transfert des Israéliens dans les colonies, dénoncent les organisations, qui appellent d’autres plateformes comme Booking.com à emboîter le pas à Airbnb.

    La question de la mise en application du retrait

    Aujourd’hui, mettre en application ce retrait s'avère un vrai casse-tête. Pour référencer ses annonces, Airbnb utilise Google Maps, mais ce dernier ne reconnait pas la Palestine comme un Etat souverain : en lieu et place d’une véritable frontière, seule une ligne en pointillés signale la Cisjordanie.

    A l’intérieur de cette fameuse ligne verte, le service de géolocalisation ne différencie pas les colonies israéliennes des villes palestiniennes. Comment faire, alors, la distinction entre un hébergement proposé par un colon et un logement loué par un Palestinien, qui lui est dans son bon droit ?

    Autre problème et de taille, ce retrait ne concerne pas Jérusalem-Est, pourtant considérée par la communauté internationale comme un Territoire palestinien occupé. Airbnb n’a pas précisé quand ce retrait sera effectif, mais ce qui est sûr, c’est que la plupart des logements en Cisjordanie sont toujours disponibles en ligne. Certains font même le plein, jusqu’à fin décembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.