GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    Moyen-Orient

    Affaire Khashoggi: Erdogan demande l'extradition des suspects saoudiens

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 1er décembre 2018 au sommet du G20 de Buenos Aires. REUTERS/Sergio Moraes/Pool

    En marge du G20, le président turc a réclamé samedi 1er décembre 2018 l'extradition des suspects saoudiens dans le meurtre de Jamal Khashoggi à Istanbul. Recep Tayyip Erdogan dit ne pas faire confiance à la justice saoudienne, alors qu'il soutient que l'ordre de tuer le journaliste et opposant émanait  « des plus hauts niveaux » du royaume.

    Selon Recep Tayyip Erdogan, Mohammed ben Salman aurait donné « une explication difficilement croyable » aux dirigeants du G20 sur le rôle de Riyad dans l'assassinat du journalisme Jamal Khashoggi. Le président turc accuse l'Arabie saoudite de refuser d'aider les enquêteurs turcs dans leur quête d'informations au sujet de ce meurtre. Plus tôt dans la journée de samedi, le Wall Street Journal citait un rapport secret de l'agence de renseignement CIA, qui aurait intercepté 11 messages envoyés par Mohammad ben Salman à son plus proche conseiller, Saoud al-Qathani, avant et après la mort de Jamal Khashoggi.

    Saoud al-Qathani supervisait les 15 hommes envoyés en Turquie pour tuer le journaliste. Il a ensuite été limogé. Si le contenu de ces messages reste pour l'heure inconnu, une autre communication a été interceptée ; elle date d'août 2017. Le prince héritier aurait alors indiqué à ses conseillers que si les efforts visant à convaincre Jamal Khashoggi de rentrer au royaume restaient vains, « ils pourraient l'attirer en dehors d'Arabie saoudite et s'arranger avec lui ». Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo dit être en connaissance de ce rapport. Mais selon lui, il n'existe aucune preuve directe mettant en cause le prince héritier.

    ►Écouter : Erdogan utilise-t-il Khashoggi pour prendre le leadership du monde musulman ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.