GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: l'inculpation de Netanyahu requise dans une autre affaire de corruption

    media Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu photographié le 2 décembre 2018 à Jérusalem. REUTERS/Ronen Zvulun

    C'est la troisième fois que la police recommande la mise en examen du chef du gouvernement. Il appartient désormais au procureur général de décider de la suite de ses conclusions qui tombent au mauvais moment pour Benyamin Netanyahu, fragilisé par la démission de son ministre de la Défense, il y a un peu moins de trois semaines.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Benyamin Netanyahu tente de minorer l'impact de la publication de ces enquêtes. A ses ministres qui lui apportaient leur soutien dimanche, il a répondu: « merci beaucoup mais vous devez prendre cela bien plus sérieusement que je ne le fais ». Comme d'habitude, il affirme faire l'objet d'une chasse à l'homme et s'en prend directement à celui qui était jusqu'à dimanche le chef de la police.

    Sa femme épinglée également

    Mais le Premier ministre israélien sait qu'il a besoin de compter ses troupes. S'il se présente comme indéboulonnable, il n'en reste pas moins qu'il n'a plus désormais qu'une majorité d'une seule voix et il ne peut se permettre la moindre défection. Pour resserrer les rangs derrière lui, sa stratégie est donc de clamer son innocence et de dénoncer des manœuvres visant uniquement à le faire tomber.

    Reste que les chefs d'accusation préconisés par la police sont lourds. Benyamin Netanyahu est accusé d'avoir échangé des faveurs avec le patron de Bezeq, le géant des télécoms en Israël. La police estime qu'il a pris, en tant que chef de gouvernement, des décisions favorisant l'homme d'affaires, en échange de quoi il a obtenu une couverture médiatique favorable sur un site d'information influent, propriété du groupe de télécoms. Aux yeux de la police, Benyamin Netanyahu et sa femme Sara ont accepté « des pots de vins » et se sont rendus coupables « de fraude » et « d'abus de confiance ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.