GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Février
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Aujourd'hui
Jeudi 21 Février
Vendredi 22 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Benalla: «La sécurité du président de la République a été affectée» (président commission d'enquête sénatoriale)
    • Les Etats-Unis utilisent des «accusations imaginaires» pour sortir du traité INF (Vladimir Poutine)
    • Affaire Benalla: la commission d'enquête demande la fin des «collaborateurs officieux» de Macron (rapport)
    • France: la commission sénatoriale demande des poursuites contre Benalla, ex-proche de Macron, pour «faux témoignage»
    • Affaire Benalla: la commission d'enquête sénatoriale met en cause le témoignage de trois hauts responsables à l'Élysée (lettre à Larcher)
    • Amender le «filet de sécurité» («backstop» en anglais) est la seule solution pour éviter un Brexit dur le 29 mars (Hunt)
    • Affaire Bygmalion: le Conseil constitutionnel est saisi d'un recours de Nicolas Sarkozy contre un éventuel procès (avocat)
    • Affaire Benalla: la justice n'est pas «sous pression» affirme la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, sur France Info
    • Devant les deux chambres du Parlement réunies, Vladimir Poutine promet aux Russes une amélioration de leur situation «dès cette année»
    • Injures envers Alain Finkielkraut: un homme a été placé en garde à vue (parquet de Paris)
    Moyen-Orient

    Yémen: loyalistes et rebelles tentent de renouer le dialogue en Suède

    media Un membre de la délégation houtie à l’aéroport de Sanaa, en partance pour la Suède REUTERS/Mohamed al-Sayaghi

    Une « opportunité unique » pour la paix au Yémen, c'est en ces termes que l'émissaire de l'ONU Martin Griffiths a qualifié les consultations qui débutent ce jeudi près de Stockholm en Suède. Depuis le début de l'intervention militaire de la coalition commandée par l'Arabie saoudite en 2016, les précédents efforts de paix ont tous échoué et le conflit dans ce pays pauvre provoque une profonde catastrophe humanitaire. Ces dernières heures les deux camps rivaux, loyalistes et rebelles, ont fait monter la pression.

    Les rebelles houthis du Yémen doivent se retirer totalement de la ville portuaire de Hodeida, c’est l’exigence formulée ce jeudi matin par le ministre yéménite des Affaires étrangères qui dirige la délégation loyaliste, présente en Suède pour ces discussions de paix. Hodeida, ville stratégique puisque c'est par son port que transite l'aide humanitaire mais aussi les importations destinées à la population du pays.

    Accord d'échange de prisonniers

    Simultanément, un haut responsable de la rébellion houthie du Yémen rappelait son exigence d'une reprise du trafic aérien civil sur l'aéroport de Sanaa (la capitale du Yémen contrôlée par les rebelles). Une revendication assortie d'une menace : celle d'empêcher les avions de l'ONU d'utiliser l'aéroport.

    Ces messages en disent long sur la difficulté de la tâche de Martin Griffiths. L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen a pour délicate mission de nouer le dialogue entre les deux camps.

    Les belligérants ont tout de même fait des gestes avant de s'envoler pour la Suède puisque des rebelles blessés ont pu être évacués ces derniers jours et un accord d'échange de prisonniers a été conclu. Les premiers contacts entre les deux délégations se sont tenus dans un « esprit positif » : c’est ce qu’indiquait jeudi soir sous couvert d’anonymat un responsable de l’ONU.

    Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé les deux camps à faire preuve de « flexibilité » et d’ « un engagement de bonne foi sans condition préalable » pour « faire des progrès ». 

    Jeudi, un membre de la délégation Houtie a estimé que la réussite de ces consultations ne dépendait pas de la délégation gouvernementale mais bien de l’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis et des Etats-Unis, qui soutiennent le gouvernement yéménite. Les rebelles houthis sont eux soutenus par l’Iran.

    Il y a une économie de guerre assez forte...
    Victoria Sauer, chercheure au Sanaa Center 07/12/2018 - par Oriane Verdier Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.