GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Salvini à Jérusalem: Israël renforce ses liens avec l'extrême droite européenne

    media Le président israélien ne rencontrera pas le ministre de l'intérieur italien Matteo Salvini lors de son voyage en Italie. REUTERS/Leonhard Foeger

    Matteo Salvini entame une visite en Israël, ce mardi 11 décembre. Un séjour de deux jours au cours duquel le vice-Premier ministre italien, également ministre de l'Intérieur et chef du parti d'extrême droite la Ligue, sera reçu par le Premier ministre Benyamin Netanyahu. Cette visite renforce le rapprochement en cours entre le gouvernement israélien et l'extrême droite européenne. Mais cette politique ne fait pas l'unanimité en Israël.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Lorsqu'en 2000, le parti d'extrême droite autrichien ÖVP était entré au gouvernement, Israël avait rappelé son ambassadeur à Vienne. Le pays maintenait un cordon sanitaire à l'égard de l'extrême droite européenne, jugée héritière des partis ayant exterminé les juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

    Dix-huit ans plus tard, Benyamin Netanyahu considère l'extrême droite comme son meilleur allié en Europe. Le Premier ministre israélien ne cache pas son aversion pour l'Union européenne, estimant qu'elle devrait s'aligner sur les positions des gouvernements populistes. Et il vante notamment la politique du chef du gouvernement hongrois, Viktor Orban, bête noire de Bruxelles.

    Comme les autres dirigeants européens d'extrême droite, Matteo Salvini se veut un ami d'Israël. Au cours de cette visite, il entend, dit-il, renforcer les liens entre les deux pays. Et il se démarquera de l'antisémitisme en se rendant au mémorial de la Shoah. Mais sa venue reste controversée.

    S'il est reçu par Benyamin Netanyahu et deux de ses ministres, celui qui affiche une nostalgie de l'Italie fasciste de Mussolini ne rencontrera pas le président israélien. Officiellement, Reuven Rivlin a un agenda trop chargé. Mais le président a déclaré : « nous rejetons l'antisémitisme, même lorsqu'il se cache derrière la feuille de vigne d'un soutien et d'un amour pour l'Etat d'Israël ». Des propos qui ne désignent personne nommément mais prononcés à la veille de l'arrivée de Matteo Salvini.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.