GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Israël: les élections anticipées se tiendront en avril 2019

    media Benyamin Netanyahu lors de son Conseil hebdomadaire des ministres. (photo d'illustration) Abir Sultan/Pool via REUTERS

    Benyamin Netanyahu veut former une coalition de droite semblable à l'actuelle. Quelques mois avant la fin du mandat de l'actuel Premier ministre israélien, les élections législatives anticipées auront lieu en avril 2019.

    Les législatives israéliennes devaient avoir lieu en novembre 2019. Elles se dérouleront finalement le 9 avril prochain. « Nous allons demander un mandat clair aux électeurs pour continuer à diriger le pays avec notre politique », a affirmé Benyamin Netanyahu, dans une première réaction après l'annonce de ces élections anticipées. La décision est tombée à la suite d’une réunion des chefs de partis de l’actuelle coalition israélienne.

    Depuis la démission de l'ultranationaliste Avigdor Liberman, le Premier ministre israélien gouverne avec une majorité très réduite. Soixante-et-un députés sur les 120 à la Knesset, le Parlement israélien. Par conséquent, les chefs de partis de la coalition ont décidé de ce scrutin anticipé en avril prochain. Alors que le mandat de l'actuel Parlement prend fin en novembre.

    Opération « Bouclier du Nord »

    Netanyahu a expliqué que la tenue des élections anticipées était notamment possible en raison de la fin de l’opération « Bouclier du Nord » pour démanteler les tunnels offensifs percés entre le Liban et Israël. « Cette opération est pratiquement dernière nous. Nous devions terminer le travail. Et c’est bien que nous ayons pu le faire. Maintenant il faut des élections pour renouveler de manière claire le mandat de notre gouvernement. »

    Pas un mot, en revanche, sur la loi de conscription des recrues ultra-orthodoxes, sujet sensible. Dans la matinée en effet il s’est avéré que la majorité d’une courte voix dont dispose Netanyahu à la Knesset n’était suffisante pour faire adopter ce texte par le Parlement. Et c’est là semble-t-il la véritable raison de la précipitation avec laquelle la décision a été prise.

    Course contre la montre

    Désormais c’est une course à la montre qui est engagée. Des élections avant une mise en examen de Benyamin Netanyahu pour corruption. Notamment parce que le Premier ministre israélien  est menacé d'inculpation dans trois affaires de corruption. Le procureur général Avichai Mandeblit a annoncé qu'il prendrait une décision finale sur ces dossiers en 2019.

    Une nouvelle campagne électorale s'annonce pour Benyamin Netanyahu, Premier ministre depuis 2009. Il en est à son quatrième mandat en comptant celui qu'il a effectué dans les années 1990. Une longévité record pour l'homme qui dirige aujourd'hui Israël à la tête du gouvernement le plus à droite de l'histoire du pays. Il devrait concentrer les attaques de tous bords durant la campagne. L'opposition de centre-gauche, à la peine depuis de nombreuses années, paraît toutefois peu à même de représenter une réelle menace.

    L’autre facteur, c’est l’absence quasi-totale de personnalité dans l’opposition, de gauche ou du centre, qui puisse lui faire face. Et il bénéficie de cette absence de toute compétition.

    Ilan Greilsammer

    politologue

    24/12/2018 - par Murielle Paradon Écouter

    « Sablier »

    Le principal parti de l'opposition « Union sioniste » s'est félicité de l'annonce des élections et a affirmé dans un communiqué que « le sablier marquant la fin du pouvoir de Netanyahu a été mis en place ». Après la controverse sur la gestion des violences à la frontière de la bande de Gaza, ses rivaux devraient chercher à écorner son statut de « Monsieur sécurité », qui a largement contribué à assurer sa popularité dans l'électorat.

    Dans son discours, Benyamin Netanyahu a détaillé les « réussites » de la coalition depuis quatre ans et s'est montré optimiste sur le résultat du prochain scrutin. « Nous avons beaucoup fait pour les citoyens israéliens et nous allons continuer de cette manière pour le bien de l'Etat d'Israël (...) Avec votre aide, nous allons gagner », a-t-il déclaré aux élus de son parti, lors d'une réunion au Parlement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.