GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le retrait américain inquiète les Kurdes syriens réfugiés en Irak

    media  
    Les Kurdes syriens ayant fui le guerre dans leur pays, sont inquiets pour leur famille restée sur place. (Photo d'archives: des réfugiés kurdes syriens en Turquie) REUTERS/Murad Sezer

    L’incertitude demeure après l’annonce du départ des 2 000 soldats américains présent en Syrie, au côté de la coalition arabo-kurde contre Daech. Les Kurdes, qui contrôlent un tiers du territoire syrien sont toujours en guerre contre les jihadistes. Ils craignent désormais l’ouverture d’un nouveau front au nord, alors que la Turquie menace d’envahir les zones frontalières pour en chasser les milices kurdes. Chez les quelque 250 000 Syriens réfugiés en Irak, l’inquiétude grandit.

    Avec notre correspondant à Erbil, Noé Pignède

    Fatima Hamdou et sa famille ont fui le Kurdistan syrien il y a quatre ans. Devant leur télévision branchée sur une chaîne d’information en continu, ils s’inquiètent pour leurs proches restés au pays.

    « Ceux qui sont encore à Hassaké, la ville d’où nous venons en Syrie, nous racontent que la situation est très tendue entre les différentes communautés. Daech n’est pas mort, et il y a beaucoup d’autres groupes islamistes radicaux dans la région. Nous avons peur pour eux, car nous ne savons pas ce qu’il va se passer. »

    À ses côtés son ami Mahmoud Khaleel. Cet électricien de 35 ans, est très en colère contre le président Donald Trump. « Les Américains n’étaient pas venus pour nous aider, mais pour faire du commerce. Donald Trump est un homme d’affaires et pour continuer de vendre des armes à la Turquie, il est prêt à abandonner les Kurdes. »

    L'ombre d'Erdogan

    Bien plus que Daech, c’est l’armée de Recep Tayiip Erdogan qui effraye aujourd’hui ces Syriens. Car avec le départ des Américains, le président turc a désormais les mains libres pour attaquer les régions frontalières du Nord.

    Un scénario qui rappelle à Randi Omar, l’invasion d’Afrin au printemps dernier : l’armée turque, épaulée par des milices jihadistes avait chassé la majorité kurde de la région. « Si la communauté internationale et les grandes puissances occidentales n’empêchent pas les Turcs d’entrer au Kurdistan Syrien, ça sera terrible. Ils se débarrasseront de nous jusqu’au dernier. »

    Malgré le retrait américain, les gouvernements français et britannique ont réaffirmé ces derniers jours, leur volonté de rester aux côtés des Kurdes en Syrie. Une présence temporaire qui devrait calmer les élans guerriers du président Erdogan, mais que les Kurdes syriens vivent comme un sursis.

    « Je n’ai plus beaucoup d’espoir »

    « Le départ des États-Unis nous inquiète beaucoup, car cela va provoquer une résurgence de Daech en Syrie, s’inquiète Sengar Ahmed, un enseignant qui a fui son pays il y a quatre ans. Les cellules dormantes sont partout et les terroristes ont encore beaucoup de soutiens parmi la population ! »

    Sengar Ahmed n’est guère optimiste sur ce qui va suivre dans la région. « Nos terres vont à nouveau être envahies et occupées : au sud, par le régime de Bachar el-Assad soutenu par les Iraniens, et au Nord par les Turcs. Recep Tayiip Erdogan et les groupes islamistes qu’il soutient vont attaquer les villes frontalières de Tel Abyad et Manbij et en chasser les Kurdes, comme ils l’ont fait à Afrin. »

    « Nous avons été terriblement naïfs, poursuit cet enseignant. Nous pensions que la communauté internationale nous soutiendrait, que les Américains resteraient jusqu’à ce que la situation soit stabilisée. Mais les Occidentaux sont pragmatiques : Donald Trump est un homme d’affaires. Il a beaucoup plus d’intérêts économiques avec les Turcs qu’avec nous. Les Kurdes n'ont pas grand-chose à lui offrir. Je me doutais que les Américains allaient partir, mais pas si rapidement ! Je n’ai plus beaucoup d’espoir pour l’avenir du Kurdistan syrien, car je pense que les Français aussi finiront par nous abandonner. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.