GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Russes et Turcs décident de se «coordonner» après le retrait américain

    media Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à Moscou, le 28 décembre 2018. Vasily MAXIMOV / AFP

    L'annonce du retrait des troupes américaines de Syrie a pris de court tous les acteurs du conflit et laisse la Russie comme maitresse du jeu, qui pousse son avantage. Les ministres russe et turc des Affaires étrangères se sont rencontrés vendredi 28 décembre à Moscou pour tenter de conserver les équilibres entre les différentes parties et de mettre à l’écart le reste de leurs « collègues occidentaux ».

    Avec notre correspondant à Moscou, Léo Vidal Giraud

    Le retrait annoncé des Américains a donné les mains libres à la Russie en Syrie, mais il risque aussi de déstabiliser l’équilibre très précaire entre les armées turques et syriennes, les forces iraniennes présentes au nord de la Syrie et les Kurdes, qui étaient jusqu’ici soutenus par Washington. Ces derniers cherchent désormais la protection de Damas contre la Turquie.

    La rencontre entre les diplomates russes et turcs à Moscou avait précisément comme objectif de maintenir ces équilibres et d’avancer dans la mise en œuvre du processus d’Astana, un format qui réunit la Russie, la Turquie et l’Iran dans la recherche d’une solution politique au conflit syrien.

    Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a jugé cette rencontre « utile ». Les parties s’y sont entendues sur la mise en place d’une zone démilitarisée autour de la région d’Idleb, sur des mesures communes de rapatriement des réfugiés syriens et sur une plus grande coordination de leurs forces armées sur le terrain.

    Sergueï Lavrov a aussi appelé les Occidentaux à ne pas gêner les efforts de Moscou : « Nous espérons que nos collègues occidentaux, ceux qui ont tant pressé le groupe d’Astana de finir rapidement ses travaux pour créer un comité constitutionnel en Syrie, ne vont pas se mettre en travers de nos efforts à venir », a-t-il déclaré.

    Une façon de rappeler que la Russie est plus que jamais maîtresse du jeu en Syrie, avec toutes les responsabilités que cela implique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.