GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Janvier
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 21 Janvier
Mardi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: des «morts et des blessés» dans une «forte explosion» à Damas (ONG)
    • Yémen: la coalition menée par Riyad dit avoir «détruit» des sites de drones appartenant aux rebelles houthis dans la région de Sanaa
    • Tennis: la numéro deux mondiale Angelique Kerber a été éliminée en huitièmes de finale de l'Open d'Australie
    Moyen-Orient

    Israël: une personne sur cinq vit sous le seuil de pauvreté

    media Les juifs ultra-orhodoxes sont parmi les communautés les plus touchées par la pauvreté en Israël. Photo d'illustration. MENAHEM KAHANA / AFP

    La sécurité sociale israélienne a publié en début de semaine son rapport annuel sur la pauvreté. Il montre les contrastes économiques au sein de cette société. Un Israélien sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. C'est le taux le plus élevé parmi les pays de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

    De notre correspondant à Jérusalem,  

    A regarder les statistiques, l'économie israélienne se porte bien. Son taux de croissance est supérieur à 3% et ce fut le cas presque tous les ans depuis 14 ans. Le taux de chômage a chuté aux alentours de 4% en 2018: un plus bas historique. Mais pourtant, la pauvreté, elle, reste très importante.

    Selon ce rapport officiel de la sécurité sociale israélienne, fin 2017, dernière année pour laquelle elle dispose de statistiques complètes : 1 780 500 Israéliens vivaient sous le seuil de pauvreté. Cela représente un citoyen sur cinq. La proportion était même un peu plus forte chez les enfants: ils sont près d'un sur quatre sous ce seuil. Les indicateurs de la pauvreté en Israël sont moins bons que ceux de pays comme la Turquie et le Mexique, pourtant pas considérés comme des économies développées.

    Une très léger recul de la pauvreté

    Grâce à un taux de chômage en baisse et une augmentation du salaire minimum, il y a eu un très léger mieux en 2017, relève le Bituah Leumi, l'assurance nationale israélienne: une baisse de 0,1% du taux de pauvreté dans le pays, de 2,8% chez les enfants.Ce sont les Arabes israéliens et les juifs ultra-orthodoxes qui sont le plus touchés.

    Dans ces deux communautés, les chiffres de 2017 montrent là aussi une petite amélioration mais ils restent très élevés : c'est près d'une personne sur deux qui vit sous le seuil de pauvreté. Et ce que révèle aussi ce rapport annuel, c'est que pour les plus nécessiteux, la situation s'est aggravée. L'écart entre leurs revenus et le seuil de pauvreté a augmenté de plus de 4%. En clair, les pauvres sont de plus en plus pauvres.

    Des questions économiques peu présentes dans le débat

    On se souvient en 2011 d'un vaste mouvement contre la cherté des logements et le coût de la vie en Israël. Il avait débuté à Tel-Aviv mais s'était répandu dans tout le pays et il était soutenu par une très large majorité de la population. Mais depuis, rares sont les manifestations contre les prix élevés des biens de première nécessité.

    En décembre, quelques centaines de personnes - revêtues d'un gilet jaunes, inspirées du mouvement français - ont manifesté à Tel-Aviv contre l'augmentation annoncée des prix des produits laitiers, du pain et de l'électricité. Certaines de ces hausses ont été gelées et le mouvement n'a pas pris l'ampleur qu'il a eu en France.

    A vrai dire, de manière générale, les questions économiques sont assez peu présentes dans le débat politique israélien, dominé par les questions de sécurité ou de société. C'est d'ailleurs son image de « Monsieur sécurité » que Benyamin Netanyahu a travaillé ces dernières semaines avant de lancer la campagne électorale. C'est sur la reconnaissance de ses qualités dans ce domaine-là que se jouera son éventuelle réélection, pas sur la lutte contre la pauvreté.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.