GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Mort de Jamal Khashoggi: cinq peines de mort requises à l'ouverture du procès

    media Le journaliste Jamal Khashoggi avait été tué le 2 octobre au consulat du royaume saoudien à Istanbul. REUTERS/Osman Orsal

    Le procureur général saoudien a requis la peine de mort contre cinq des onze suspects, accusés du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, à l'ouverture, jeudi, de leur procès devant une cour pénale de Riyad.

    Les onze suspects ont comparu en présence de leurs avocats, selon un communiqué du procureur général publié par l'agence officielle saoudienne, SPA. Jamal Khashoggi, qui collaborait notamment avec le Washington Post, avait été tué le 2 octobre par des agents saoudiens au consulat du royaume à Istanbul.

    Les avocats des suspects ont demandé à prendre connaissance des accusations exactes portées contre leurs clients et un délai pour les étudier. Le tribunal a accédé à leurs demandes, sans fixer de date pour la prochaine audience.

    Tué lors d'une « opération hors de contrôle »

    Le procureur saoudien a indiqué que ses deux demandes auprès des autorités turques pour obtenir des éléments sur cette affaire sont restées sans réponse. Le meurtre de l'éditorialiste saoudien, critique du pouvoir à Riyad, a eu un retentissement planétaire.

    Après avoir un temps nié la mort du journaliste, Riyad a fini par expliquer qu'il avait été tué lors d'une « opération hors de contrôle » de l'Etat, supervisée par deux hauts responsables qui ont été destitués depuis. Mais Ankara a accusé les « plus hauts niveaux » de l'Etat saoudien. Des médias turcs et américains, ainsi que la CIA, soupçonnent le prince héritier Mohammed ben Salmane d'avoir lui-même commandité l'opération contre Jamal Khashoggi.

    Pas question d'extrader

    La Turquie a demandé l'extradition de dix-huit Saoudiens arrêtés dans leur pays et soupçonnés d'implication dans le meurtre. Mais l'Arabie saoudite a répondu qu'il n'était pas question d'extrader des citoyens saoudiens en Turquie, en affirmant que les suspects seraient jugés dans leur pays.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.