GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le nouvel émissaire de l'ONU en Syrie pour une première mission

    media Geir Pedersen, le nouvel envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, à Damas, le 15 janvier 2019. REUTERS/Omar Sanadiki

    Le nouvel émissaire des Nations unies en Syrie, Geir Pedersen, un diplomate norvégien, doit tenter de relancer les pourparlers de paix. Une tâche qui s'avère difficile au bout de huit années de guerre qui ont mis au jour l'impuissance de l'ONU à agir.

    Geir Pedersen est le quatrième médiateur de l'ONU depuis le début du conflit syrien en 2011. Ses prédécesseurs, des diplomates aguerris, ont tous jeté l'éponge. « Mission impossible », avait déclaré le premier, Koffi Annan. Le dernier Staffan de Mistura a regretté « ce qui n'a pas pu être atteint ».

    Depuis le début, l'ONU souffre d'un manque de soutien d'une partie de la communauté internationale et des divisions au sein du Conseil de sécurité. Les différentes propositions pour tenter de négocier la paix entre le régime syrien et la rébellion sont restées lettre morte, alors que le conflit s'est beaucoup complexifié au fil des années avec l'intervention de puissances étrangères et la présence de jihadistes.

    Les efforts de l'ONU ont aussi été supplantés par un processus parallèle lancé par la Russie, l'Iran, soutiens à Bachar el-Assad, et la Turquie, proche des rebelles. Ce sont ces pays qui ont la main haute sur le dossier syrien. Aujourd'hui, le régime de Bachar el-Assad est en position de force. Et il a prévenu : « Nous coopérerons avec le nouvel émissaire de l'ONU, à condition qu'il s'éloigne des méthodes de son prédécesseur. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.