GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: le Sénat vote l'instauration d'une taxe sur les géants du numérique
    • Ukraine: Macron et Merkel demandent à Poutine des «gestes» pour le dialogue (Elysée)
    • Syrie: Washington soupçonne Damas d'attaque chimique, menace de représailles (département d'Etat)
    • Iran: Washington veut faire de la dissuasion, pas la guerre (chef du Pentagone)
    • L'ex-ministre mozambicain des Finances accusé de corruption extradé vers son pays (Afrique du Sud)
    Moyen-Orient

    Syrie: 16 tués dont quatre Américains dans un attentat-suicide à Manbij

    media Image du lieu de l'attentat-suicide à Manbij, le 16 janvier 2019. AFP / ANHA

    Le groupe Etat islamique a revendiqué mercredi l’attentat-suicide de Manbij, qui a fait 16 morts, dont quatre Américains. Parmi les victimes figurent neuf civils et cinq combattants des Forces démocratiques syriennes, une alliance arabo-kurde qui lutte contre l’EI, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    En frappant à Manbij, située près de la frontière avec la Turquie, très loin de son dernier fief au sud-est de Deir Ezzor, le groupe Etat islamique a montré qu’il conservait une capacité de nuisance.

    Bien renseigné, le kamikaze s’est fait exploser dans un restaurant d’une rue animée de la ville, habituellement fréquentée par des soldats de la coalition internationale, dirigée par Washington. Peu de temps après, l’EI a revendiqué l’attentat dans un communiqué diffusé par son organe de propagande, l’agence Ahmaq.

    Le bilan est de seize morts, dont quatre Américains, parmi lesquels deux soldats, un employé civil du ministère de la Défense et un employé d'un sous-traitant du Pentagone.

    Cette attaque prouve que le groupe jihadiste dispose encore des réseaux nécessaires pour collecter des renseignements et de la logistique indispensable pour recruter et équiper un kamikaze.

    L’attentat intervient alors que le président Donald Trump a ordonné le retrait des troupes américaines de Syrie, arguant du fait que le groupe Etat islamique est sur le point d’être défait. Dans le même temps, l’EI continue de résister aux offensives des forces démocratiques syriennes dans son fief morcelé à Deir Ezzor, non loin de la frontière avec l’Irak. Il a même lancé des contre-attaques dans les régions de Hajin et de Soussa, d’où il avait été chassé par les milices arabo-kurdes soutenues par les Etats-Unis.

    L’attaque la plus meurtrière contre les forces américaines en Syrie

    En décembre le président américain annonçait brutalement le retrait des 2 000 soldats américains de Syrie, garantissant contre l’avis des observateurs l’anéantissement de l’organisation terroriste. L’attentat de Manbij montre que l’annonce du retrait américain « a galvanisé les ennemis que nous combattons », s’inquiète Lindsay Graham, influent sénateur républicain, comme le rapporte notre correspondant au Etats-Unis, Eric de Salve.

    Pour Marco Rubio, autre sénateur républicain, cette attaque est « un rappel tragique que l’EI n’a pas été vaincu ».

    Mais le vice-président américain persiste : « Nous ramenons nos troupes à la maison, le califat s’est écroulé », vient encore de déclarer le vice-président des Etats Unis juste après l’attaque, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet. Mike Pence précise tout de même que les Etats Unis resteront dans la région, pour assurer, dit-il, « que le groupe EI ne montre plus sa face immonde ».

    Donald Trump lui n’a pas commenté cet attentat.

    Cette attaque s’est déroulée à Manbij, ville censée être pacifiée, reprise aux jihadistes en 2016, où sont basés les soldats américains. C’est l’attentat le plus meurtrier depuis leur arrivée en Syrie 2014.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.