GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La confiscation d’un bateau d’une flottille pour Gaza validée par la justice

    media Des navires de la marine israélienne font des manoeuvres au port militaire d'Ashdod, au sud d'Israël, le 29 juillet 2018 (photo d'illustration). Jack GUEZ / AFP

    Plusieurs bateaux ont tenté de rompre le blocus de l’enclave palestinienne en approchant du territoire par la mer. Ils ont été arraisonnés par Israël, les passagers interpellés puis expulsés. La justice israélienne autorise désormais aussi le gouvernement à confisquer les bateaux.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Ce vendredi, de nouveaux rassemblements avaient lieu dans la bande de Gaza. Ce mouvement de protestation a commencé il y a dix mois pour réclamer la levée du blocus imposé à l’enclave palestinienne depuis la prise de pouvoir par le mouvement islamiste Hamas en 2007. Un blocus dénoncé aussi au niveau international qui a permis à Israël maintenant de confisquer des navires.

    La confiscation du Zaytouna-Olivia validée

    Pour dissuader des militants pro-palestiniens, l’exécutif a décidé de confisquer les bateaux arraisonnés. Une première tentative sur une embarcation arrivée au large des côtes de Gaza en 2012 a été rejetée par la Cour suprême : l’instance avait estimé que les dix mois écoulés entre l’arraisonnement du bateau et sa confiscation étaient un délai trop long. Cette fois-ci, un juge du tribunal de Haïfa a estimé que la confiscation du Zaytouna-Olivia, arraisonné en septembre 2016, avait tenu compte des critiques de la Cour suprême et l’a donc validée.

    Depuis plus de onze ans désormais, Israël impose ce blocus à la fois terrestre et maritime à la bande de Gaza. Rapidement, le pays a vu des bateaux chargés d’aide humanitaire tenter de rompre ce blocus par la mer. En mai 2010, l’arraisonnement d’un navire, le Mavi Maramara, affrété par une organisation turque, avait causé la mort de dix passagers.

    A relire : Flottille vers Gaza en 2010: la Turquie abandonne les poursuites contre Israël

    L’opération a entraîné une brouille diplomatique avec la Turquie et une enquête de la Cour pénale internationale. Bien que contrées, ces tentatives de rompre le blocus maritime, baptisées « flottilles de la paix », peuvent avoir de lourdes conséquences pour Israël et le gouvernement voudrait les voir cesser.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.