GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Aujourd'hui
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Hassan Rohani: «L'ennemi n'atteindra jamais ses objectifs démoniaques»

    media Hassan Rohani a tenu un discours, place Azadi, ce lundi 11 février 2019, pour l'anniversaire de la révolution iranienne. Hossein Zohrevand/Tasnim News Agency/via REUTERS

    L’Iran célèbre les 40 ans de la Révolution islamique, un événement au retentissement mondial et qui a marqué le début d’une défiance toujours très vive entre Téhéran et Washington. Notre envoyé spécial Nicolas Falez a assisté ce matin au grand rassemblement marquant cet anniversaire.

    Ils ont afflué par milliers sur l’immense place Azadi, point de ralliement des différents cortèges qui ont parcouru ce matin les rues de Téhéran sous la pluie. L’ambiance était festive avec distribution de nourriture et de thé, relate notre envoyé spécial à Téhéran, Nicolas Falez. Les uniformes des différentes forces armées iraniennes croisaient des enfants maquillés aux couleurs du drapeau iranien.

     → A (RE)LIRE : Iran: les raisons d’une révolution qui dure depuis 40 ans

    Dans la foule, cette Iranienne vêtue de noir tenait beaucoup à être là : « Pour être présente et pour montrer au monde entier que nous sommes là pour soutenir notre révolution. Le secret de notre victoire, ce fut l’unification des musulmans, c’est pour cela que notre révolution a réussi. Nous sommes les ennemis du gouvernement américain, pas du peuple américain. Nous sommes les ennemis du gouvernement israélien, nous sommes les ennemis du groupe Etat islamique et de tous ceux qui essaient d’affaiblir les musulmans et d’affaiblir les opprimés. Nous ne soutenons pas seulement les musulmans, mais tous les opprimés où qu’ils se trouvent. »

    Devant la foule, Hassan Rohani a pris ensuite la parole, en fin de matinée, pour fustiger ce qu’il qualifie de « complot » contre son pays. « La présence du peuple aujourd'hui dans les rues de toute la République islamique d'Iran [...] signifie que l'ennemi n'atteindra jamais ses objectifs démoniaques », a déclaré le président iranien, après avoir dénoncé un « complot » des Etats-Unis, des « sionistes » et des Etats « réactionnaires » du Moyen-Orient contre son pays.

    Programme minuté

    Au milieu des parapluies étaient brandies des milliers de bannières, pancartes ou portraits du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, ou du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini.

    Le quarantième anniversaire de la révolution suit un rituel bien établi : comme les années précédentes, les festivités de la place Azadi, doivent inclure un lâcher de ballons, un lâcher de fleurs par hélicoptère, des chorales, un atterrissage de parachutistes, des prières, harangues et slogans révolutionnaires, selon le programme officiel.


    [Reportage] Les Iraniens très partagés sur l'avenir du pays

    Alors qu’une foule importante prend part au grand rassemblement marquant l’événement, certains Iraniens restent volontairement à l’écart des célébrations officielles.

    Avec notre envoyé spécial à Téhéran, Nicolas Falez

    Farzin semble galvanisé par les discours et slogans qui ont résonné toute la matinée :

    « Aujourd’hui je suis venu manifester pour dire à Monsieur Trump que le peuple iranien est uni et engagé pour la Révolution, s'enthousiasme-t-il. C’est pour donner un coup de poing au visage de Monsieur Trump pour qu’il ne croie pas que le peuple iranien renoncera à ses engagements et n’abandonnera pas son guide suprême. »

    Ces jours-ci à Téhéran on croise aussi des Iraniens indifférents aux slogans officiels de la République islamique. Certains s’inquiètent surtout de la situation économique comme ce trentenaire qui rêve d’une nouvelle vie à l’étranger.

    « Je voudrais immigrer au Canada parce que la situation financière en Iran sera de plus en plus mauvaise. Je ne crois pas qu’ici je pourrai acheter une maison ou un appartement ou améliorer ma situation financière dans l’avenir », dit-il.

    Selon le Fonds monétaire international (FMI), l’Iran est entré en récession en 2018 dans la foulée du rétablissement des sanctions américaines.

    ►Notre dossier sur les « 40 ans de la Révolution islamique en Iran »

    Dossier complet sur les 40 ans de la Révolution islamique en Iran sur notre site en persan  

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.