GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    [Reportage] La fin de l’Eldorado iranien pour les entreprises étrangères

    media L'avionneur européen Airbus a suspendu ses activités en Iran ces derniers mois. PASCAL PAVANI / AFP

    L’Iran a fêté ce lundi le 40e anniversaire de sa Révolution dans un contexte économique de plus en plus difficile depuis le retrait américain de l’accord nucléaire. Les Etats-Unis de Donald Trump ont en effet rétabli leurs sanctions contre l’Iran. Sanctions qui ont la particularité de menacer toute entreprise – même non américaine – qui commercerait avec Téhéran. Conséquence : les entreprises étrangères quittent l’Iran qui ressemble de moins en moins à l’Eldorado dont elles rêvaient.

    Avec notre envoyé spécial à Téhéran, Nicolas Falez

    Total, Peugeot, Airbus et des dizaines d’autres sociétés étrangères ont suspendu leurs activités en Iran ces derniers mois. Touché de plein fouet également, les sociétés de conseil et les cabinets d’avocats qui rêvaient d’accompagner l’ouverture économique du pays.

    Ariabod Dehnad est franco-iranien, il est revenu s’installer à Téhéran après l’accord nucléaire de 2015 : « On est venu en Iran avec effectivement beaucoup d’espoir et le coup de massue ça a été le retrait américain de l’accord, il y a quelques mois et depuis le départ de tous nos clients sans exception du pays. Malheureusement on va être obligés bientôt de mettre la clé sous la porte. »

    A l’inverse, le cabinet d’avocat parisien Cohen-Amir Aslani a décidé de maintenir son bureau à Téhéran en misant sur les secteurs épargnés par les sanctions américainescomme l’explique la directrice du bureau Rebecca Guyot.

    « On a tout ce qui est pharmacie, les outils médicaux et également tout ce qui est l’industrie agroalimentaire, finalement, qui est expressément autorisée, donc de nombreuses sociétés, PME, européennes, qui souhaitent encore commercer avec l’Iran », dit-elle.

    L’Union européenne travaille actuellement à la mise en place d’Instex, un système de troc censé protéger certaines transactions des foudres américaines.

    (Re) lire : Les entreprises allemandes cessent leurs activités en Iran

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.