GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: violents combats dans le dernier réduit du groupe EI

    media Combattants des Forces démocratiques syriennes (archive). REUTERS/Rodi Said

    De violents combats se déroulent entre l'alliance arabo-kurde soutenue par Washington et les combattants du groupe Etat islamique, après le lancement, samedi, d'une offensive « finale » pour déloger l'organisation jihadiste de son ultime réduit dans l'est de la Syrie.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    D'intenses affrontements opposent depuis dimanche matin les Forces démocratiques syriennes, les FDS, soutenues par Washington, et le groupe Etat islamique à l’est de l’Euphrate, non loin de la frontière avec l’Irak.

    Le dernier fief des jihadistes en Syrie, réduit à 4 km2, est soumis à de violents bombardements aériens et d'artillerie. La progression de la coalition arabo-kurde est ralentie par les champs de mines posées par le groupe radical autour du village de Baghouz, défendue par 500 à 600 combattants, selon le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, Rami Abdel Rahman.

    Parmi eux se trouveraient encore des dizaines de jihadistes étrangers, dont une cinquantaine de Britanniques, affirment des sources syriennes.

    Dimanche matin, le groupe radical a diffusé des vidéos montrant l’exécution de membres des FDS qu’il retenait prisonniers. Ces assassinats prouvent que les négociations indirectes qui étaient en cours pour obtenir la reddition des derniers combattants ont échoué.

    C’est ce qui explique, aussi, l’intensification des combats après plusieurs jours de répit, qui ont permis la sortie de centaines de civiles.

    Depuis décembre dernier, 37 000 personnes ont fui le réduit de Baghouz. Il ne resterait plus que quelques centaines de civils, essentiellement des membres des familles de jihadistes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.