GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: l’ex-ministre Tzipi Livni se retire de la politique

    media L'ancienne ministre israélienne de la Justice et des Affaires étrangères Tzipi Livni a annoncé ce lundi 18 février 2019 lors d'une conférence de presse à Tel-Aviv qu'elle se retirait de la vie politique. REUTERS/Ammar Awad

    Tzipi Livni jette l'éponge. L'ancienne ministre israélienne de la Justice et des Affaires étrangères renonce à se présenter aux élections législatives du 9 avril prochain. Son parti, à la peine dans les sondages, ne présentera pas de liste et elle-même, aujourd'hui âgée de 60 ans, a décidé de se retirer de la vie politique.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Face aux caméras, Tzipi Livni a du mal à retenir ses larmes. Celle qui avait failli devenir Premier ministre en 2009 espérait pouvoir se présenter à nouveau à la Knesset. Mais depuis qu'elle a été sèchement remerciée par le chef du parti travailliste en janvier, son parti Hatnuah était condamné à se présenter seul. Et les sondages ne lui accordaient pas suffisamment d'intentions de vote pour espérer entrer au Parlement.

    Les voix se portant sur elle auraient alors été perdues. Une perspective que cette ancienne ministre de Benyamin Netanyahu, devenue fervente opposante, voulait éviter pour ne pas affaiblir le camp du centre gauche.

    Avec la retraite de Tzipi Livni, la Knesset perd l'une des voix qui défendaient le plus ardemment la solution à deux Etats. Mais Tzipi Livni promet de poursuivre son combat hors de l'arène politique.

    « Je pars et ne me présente pas aux élections, mais je ne permettrai pas à l'espoir d'une paix de quitter l'Etat d'Israël. Je ne doute pas que notre chemin gagnera à nouveau » dit-elle. Celle qui fut aussi agent du Mossad, les services de renseignement israéliens, ne donne pas de consigne de vote, mais elle dit « espérer que ces élections mèneront Israël sur la voie dans laquelle (elle) croit ». Avant de conclure : « Soyez en paix, faites la paix ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.